Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Facteurs de risque sociodémographiques et troubles mentaux : modèle global et spécificités locales, d’après les résultats de l’enquête « santé mentale en population générale » dans 18 sites internationaux - 08/12/17

Doi : 10.1016/j.encep.2016.04.009 
F. Chabaud a, , I. Benradia b, R. Bouet a, A. Caria b, d, J.L. Roelandt b, c
a Département d’information médicale, hôpital Henri-Laborit, 370, avenue Jacques-Cœur, BP587, 86021 Poitiers cedex, France 
b Centre collaborateur de l’OMS, EPSM Lille Métropole, 211, rue Salengro, 59260 Hellemmes-Lille, France 
c Inserm UMR 1123, équipe ECEVE, 75010 Paris, France 
d Psycom, 11, rue Cabanis, 75014 Paris, France 

Auteur correspondant. DIM, hôpital Henri-Laborit, avenue J-Cœur, 86000 Poitiers, France.

Résumé

Cette étude observationnelle transversale et multicentrique sur des échantillons représentatifs de population générale adulte, portant sur près de 16 000 sujets, a été réalisée à partir de la base de données épidémiologiques et sociodémographiques collectées sur 18 sites répartis dans cinq régions du Monde, avec l’appui du centre collaborateur de l’OMS pour la recherche et la formation en santé mentale (Lille, France). Elle a conduit à la mise au point d’un modèle épidémiologique ajusté global du risque de survenue d’au moins un trouble évalué par l’outil diagnostique le Mini International Neuropsychiatric Interview (MINI). Le modèle confirme un niveau de risque de survenue d’au moins une pathologie psychiatrique diminuée du fait d’un « profil » favorable des variables sociodémographiques : situation matrimoniale (marié), revenus familiaux (élevés), classe d’âge (60ans et plus), niveau d’études (universitaire), genre (masculin), pratique d’une religion (chez les croyants), activité professionnelle (exercée). Des modèles par zones géographiques et sites nous ont permis de confirmer l’hypothèse de modèles locaux : ces modèles font ressortir des variables sociodémographiques différenciés par leurs associations et niveaux de risque. Les résultats, cohérents entre eux, mesurent des niveaux de risque souvent élevés ; ils incitent à développer cet axe de recherche de la zone francophone et de langues gréco-latines mondiales. Enfin, ils pourraient orienter la décision publique en santé mentale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Introduction

Mental Health in General Population survey (MHGP) is a socio-anthropological and epidemiological multicentre research carried out by the WHO Collaborating Centre for Research and Training in Mental Health (Lille, France). It assessed the prevalence of major mental disorders in the general population with 15,747 people aged 18 years and above in 18 sites worldwide: 6 European sites, 4 sites in the Maghreb, 4 sites in the Indian Ocean, 2 sites in the Caribbean and two sites in the Pacific Ocean.

Objectives

To assess the risk of the presence of at least one mental disorder in terms of sociodemographic factors (gender, age, marital status, family income, education level, professional activity, religious practice and social isolation) and location (zone [Europe, North Africa, Indian Ocean, Caribbean Islands and the Indian Ocean Islands] and “investigation site”).

Methodology

Statistical analysis was performed using data collected in 18 international sites of the MHGP survey. Logistic regression was used to model the relationship between sociodemographic and geographic factors and the presence of at least one disorder (mood disorder, anxiety disorder, psychotic disorder, abuse or dependence on alcohol or drugs), evaluated with the Mini International Neuropsychiatric Interview (MINI) diagnostic questionnaire.

Results

The prevalence of mental disorders rates vary among 18 sites, ranging from 15.5 % (Andorra) to 60 % (Algiers). The adjusted global epidemiological model (18 cluster sites) confirms a decreased level of risk of at least a psychiatric pathology due to a favorable sociodemographic “profile”: marital status (married), family income (higher), age group (60 years and above), educational level (university), gender (male), practice of religion (among believers), employment (exercised). Analysis at geographical situation's level confirms existence of sub socio-geo-demographic models differentiated by ranking and levels of variables’ modalities. Classification of variables and their modalities is clearly differentiated not only between 5 zones, but also within each of them depending on the sites that comprise it. This produces differentiated models for each of the 18 survey sites.

Conclusions

The impact of sociodemographic risk factors on mental health is confirmed regardless of World region. However, the implementation of action plans for the prevention of mental disorders requires a detailed understanding of people's needs in terms of the disorder's prevalence, nature and strength of risk factors, at regional and local levels. This observation provides incentives to develop this research axis in world francophone and Latin speaking areas. These epidemiological results can be refined thanks to the data collected in the MHGP surveys about each mental disorder and comorbid conditions, the recourse of populations to assistance or care, as well as results of the socio-anthropological axis.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Facteurs sociodémographiques, Troubles mentaux, Épidémiologie, Enquêtes internationales, Population générale

Keywords : Sociodemographic factors, Mental disorders, Epidemiology, International survey, General population


Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 43 - N° 6

P. 540-557 - décembre 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le trouble obsessionnel compulsif vu par ceux qui y sont confrontés : enquête auprès de patients, de proches et de cliniciens
  • M. Morgiève, K. N’Diaye, S. Fernandez-Vidal, A.-H. Clair, L. Mallet
| Article suivant Article suivant
  • Analyse de la structure factorielle de la version brève du questionnaire de personnalité schizotypique (SPQ-B) – format Likert – en population générale en France
  • A. Ferchiou, L. Todorov, M. Lajnef, G. Baudin, B. Pignon, J.-R. Richard, M. Leboyer, A. Szöke, F. Schürhoff

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.