Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Conciliation des traitements médicamenteux à l’admission en neurologie : comment cibler les patients prioritaires ? - 12/12/17

Doi : 10.1016/j.phclin.2017.10.015 
Marie Korostelev 1, , Benoît Chauvin 2, Caroline Dagallier 1, Clotilde Le Tiec 1, Anne-marie Taburet 1
1 Pharmacie, hôpital Bicêtre, 78, rue du Général-Leclerc, 94270 Le Kremlin-Bicêtre, France 
2 Pharmacie, hôpital Émile-Durkheim, 3, avenue Robert-Schuman, 88021 Épinal, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La conciliation des traitements médicamenteux permet d’optimiser la prise en charge médicamenteuse lors des « points de transition » du parcours de soin d’un patient. Dans le but de mettre en place la conciliation d’entrée au sein de notre hôpital, nous nous sommes dans un premier temps concentrés sur une salle du service de neurologie adultes. Afin d’étendre cette activité à plusieurs salles du service de neurologie, à effectifs constants, il est essentiel d’identifier les patients prioritaires à la conciliation afin d’augmenter l’efficience de cette activité. L’objectif de ce travail est d’établir une méthode de priorisation pour identifier de manière standardisée les patients admis en neurologie les plus à risque d’erreur médicamenteuse (EM).

Matériels et méthode

L’étude se déroule dans une salle de neurologie composée de 12 lits. Tous les patients admis sont éligibles à la conciliation d’entrée rétroactive, menée par l’externe et l’interne en pharmacie et encadré par un pharmacien. Pour chaque conciliation, les données sont recueillies afin de réaliser une analyse rétrospective et identifier des critères de priorisation par une analyse univariée. Pour tester un critère de priorisation, on compare, par un test de Chi2, les pourcentages de conciliations avec EM en présence et en l’absence du critère étudié. Il s’agit d’un critère de priorisation si la différence est significative (p<0,05). Pour chaque modalité de la variable étudiée, un calcul des odd ratio (OR) avec un intervalle de confiance (IC) fixé à 95 % est présenté.

Résultats et discussion

Durant 4 mois, les traitements de 139 patients parmi les 156 patients admis ont été conciliés, soit un taux de conciliation de 89,1 %. La moyenne d’âge des 139 patients est 60,6±17,6 ans [16 ; 89]. On dénombre en moyenne 1,1 EM par conciliation [0 ; 9] et environ 1 patient sur 2 (44,6 %) présente au moins une EM. La proportion de conciliations avec EM est significativement plus importante chez les patients âgés d’au moins 50 ans (OR=5,6 et IC=[2,2 ; 14,7]), suivis par plusieurs médecins (OR=3,1 et IC=[1,5 ; 6,1]), présentant au moins 8 médicaments sur l’ordonnance à l’admission (OR=2,9 et IC=[1,4 ; 6,0]). En attribuant 1 point à chaque critère de priorisation, un patient admis en neurologie obtient un score compris entre 0 et 3 ; 3 correspondant au risque maximal de présenter une EM à l’admission. Ainsi, 9,5 % des patients dont le score était égal à 0 présentaient au moins une EM, 31,9 % pour un score égal à 1, 50,6 % pour un score de 2, et enfin 70,8 % pour un score de 3.

Conclusion

Les patients âgés d’au moins 50 ans, présentant au moins 8 traitements sur l’ordonnance à l’admission et suivis par plusieurs médecins sont identifiés dans notre étude comme prioritaires pour la conciliation. Le calcul d’un score de priorisation établi sur ces 3 critères à l’admission en neurologie permettra de standardiser la priorisation des patients pour lesquels le risque de détecter une erreur médicamenteuse est le plus élevé. Ce travail constitue un socle à l’extension de la conciliation dans le service de neurologie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Conciliation des traitements médicamenteux, Neurologie, Erreurs médicamenteuses, Méthode de priorisation, Critères de priorisation


Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 52 - N° 4

P. 382 - décembre 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Gestion des excursions de température d’une préparation hospitalière – application à la méthacholine
  • Pauline Legrand, Gaétan Boccadifuoco, Amélie Wojcicki, Vincent Boudy, Sophie Dufaÿ
| Article suivant Article suivant
  • Des ateliers piluliers en psychiatrie en amont des permissions de sortie : état des lieux du savoir et savoir-faire des patients
  • Célia Kowal, Magalie Montagnie, Noémie Drancourt, Sylvie Vanhulst, Antoine Pelissolo, Murielle Dalle Pecal, Muriel Paul, Catherine Divine

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.