Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Enquête sur les différentes méthodes d’administration en radiothérapie interne vectorisée - 12/12/17

Doi : 10.1016/j.phclin.2017.10.049 
Cécile Rehn 1, , Elise Levigoureux 2, Claire Bolot 2, Valentine Bréant 2
1 Pharmacie centrale, centre hospitalier Mayotte, BP04, rue de l’hôpital, 97600 Mamoudzou, Mayotte 
2 Radiopharmacie, groupement hospitalier Est, 59, boulevard Pinel, 69677 Bron, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Une nouvelle thérapie par Lutathéra® ([177Lu-DOTA0,Tyr3]octréotate) dans le traitement des tumeurs neuroendocrines a été mise en place dans notre hôpital. En raison de l’exposition associée à la manipulation de radioéléments en thérapie, il est nécessaire d’avoir un dispositif d’administration fiable et sécurisée. Différents systèmes d’administration coexistent, le mode d’administration par gravité est celui utilisé dans notre service. Suite à certaines difficultés rencontrées nous avons cherché à améliorer notre système de perfusion. L’objectif de cette étude est de repérer le système d’injection de médicaments radiopharmaceutiques (MRP) le mieux adapté.

Matériels et méthode

Une enquête sur les différents systèmes d’injection utilisés pour l’administration de MRP en thérapie a été réalisée et adressée aux autres centres de médecine nucléaire. Les différentes méthodes pouvant être utilisées sont : le système Perfucis, la méthode flébo, la méthode par gravité, le pousse-seringue muni d’une seringue protégée et le pousse-seringue protégé.

Résultats et discussion

Parmi les 35 centres ayant répondu au questionnaire, seulement 14 faisaient de la thérapie. Pour l’administration du Zevalin®, tous les centres utilisent un pousse seringue protégé (n=8) et ils sont tous satisfaits de cette méthode. Pour l’administration du Lutathera® ou de la MIBG thérapeutique, pas d’évènement indésirable suite à l’utilisation de la méthode flebo (n=2) ou d’un injecteur Jetti (n=1). Le système Perfucis est utilisé dans deux centres où ils ont ponctuellement rencontré (<1fois/an) un problème de bulles par surpression dans le flacon. Un système « maison » composé d’un pousse-seringue dans un chariot plombé relié à 2 pousses seringues a été mis au point dans un service. Le second a mis en place une prise d’air munie d’une tubulure d’un mètre donnant ainsi la possibilité d’intervenir en cas de reflux de liquide radioactif. Enfin le système de perfusion par gravité est utilisé dans 3 centres. Les 3 services l’utilisant ont rencontré un problème de surpression dans le flacon entraînant un reflux du produit radioactif dans la tubulure (<3fois/an). Chacun de ces services a essayé d’apporter une solution afin d’améliorer le confort du patient ainsi que la radioprotection du personnel. Aucun centre n’utilisait de pousse seringue protégé ou de pousse seringue+protège seringue pour l’administration du Lutathéra®, ce qui peut s’expliquer par la nécessité d’un volume de perfusion plus important et donc par l’indisponibilité de matériel plombé adapté. Un centre injecte la MIBG thérapeutique dans la poche de NaCl dans une enceinte blindée puis la transfère dans un chariot plombé.

Conclusion

Les centres de médecine nucléaire réalisant de la thérapie injectable sont globalement satisfaits de leur système d’injection malgré les quelques difficultés rencontrées. Il n’existe cependant pas de système d’injection parfait et 3 centres ont apporté des « solutions maisons » à leurs problèmes, aucun système ne parait vraiment sécurisé. Il est regrettable qu’aucun système de perfusion protégé adapté à la radiothérapie interne vectorisée ne soit commercialisé.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Radiopharmacie, Lutathéra, Système d’injection, Questionnaire, Radioprotection


Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 52 - N° 4

P. 398 - décembre 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Étude préliminaire pour la mise en place des contrôles microbiologiques des préparations de médicaments radiopharmaceutiques à l’Hôpital européen Georges Pompidou (HEGP)
  • Marion Brault, Lyne Pailhas, Corinne Smadja
| Article suivant Article suivant
  • Conception d’un outil de formation en ligne destiné au personnel de l’unité des dispositifs médicaux
  • Coralie Moine-Picard, Claire Hamel, François Lemare, Amélie Gaudin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.