Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Suivi de 19 allogreffes ligamentaires de genou après indication de reprise de ligamentoplastie - 19/12/17

Doi : 10.1016/j.rcot.2017.09.331 
Jean-François Taburet , Patrick Djian
 Institut Goethe-Paris, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le nombre de ligamentoplastie est en augmentation constante en France depuis plus de 10 ans. Les ruptures de plasties le sont donc aussi. La question du greffon de reprise est parfois complexe. Or, les allogreffes peuvent apporter une solution pourtant peu utilisée en France.

Hypothèse

Les allogreffes ligamentaires peuvent être des greffons efficaces pour des reprises chirurgicales après rupture de plastie.

Matériel et méthode

Il s’agissait d’une étude rétrospective monocentrique, mono-opérateur de 23 patients opérés entre 2004 et 2015, dont 19 avec un recul minimum de 1 an. Ont été inclus les patients ayant nécessité l’utilisation d’une allogreffe ligamentaire lors d’une reprise de ligamentoplastie. Ont été exclus les patients mineurs, les lésions multi-ligamentaires encore non opérées ainsi que les patients refusant le protocole de l’étude. L’âge moyen était de 33 ans (20–55). Les allogreffes étaient des tendons patellaires (9 cas), des tendons de tibial antérieur ou postérieur (9 cas), des tendons quadricipitaux (5 cas) ou des tendons d’ischiojambiers (3 cas). Toutes les allogreffes provenaient de la banque de tissus de Belge. Elles ont été utilisées pour reconstruire 10 ligaments croisés antérieurs, 3 ligaments croisés postérieurs, 12 ligaments latéraux externes ou internes de façon isolée ou combinée à des autogreffes. Les patients ont été interrogés ou revus par un examinateur indépendant au dernier recul avec les scores IKDC et KOOS, ainsi que des laximétries KT 1000 et GNRB.

Résultats

Les patients ont été revus au recul moyen de 36 mois (12–84). Il n’y avait aucune infection profonde ni rupture itérative. Le score IKDC subjectif était en moyenne de 69,8 (36–85) avec un écart-type de 13,7. Le score KOOS vie quotidienne était en moyenne de 90,7 (52–100) avec un écart-type de 14. La laximétrie différentielle moyenne était avec le KT 1000 de 0,2mm (−4 ; 4) avec un écart-type de 2,1 et avec le GNRB de 0,2mm (−1 ; 1,6) avec un écart-type de 0,5. Au dernier recul, deux patients avaient développé un pincement radiologique grade 2. Trois patients étaient sportifs professionnels et deux ont repris au même niveau en fin de rééducation.

Conclusion

Dans un contexte de reprise chirurgicale complexe, les allogreffes ligamentaires sont des solutions efficaces et durables pour pallier le manque d’autogreffe.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 103 - N° 8S

P. S255-S256 - décembre 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Valeur moyenne du score KOOS dans une population saine en fonction de l’âge, du sexe et de l’IMC
  • Karine Wytrykowski, Etienne Cavaignac, Nicolas Reina, Jérôme Murgier, Philippe Chiron
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation à plus de deux ans de recul de la prise en charge chirurgicale des ruptures du LCA combinées aux lésions ligamentaires du point d’angle postéro externe
  • Gregory Haillotte, Alexandre Hardy, Matthieu Sanchez, Patrick Djian

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.