S'abonner

Enfants et adultes forts consommateurs de sucres libres en France : quels changements alimentaires pour respecter les recommandations nutritionnelles ? - 21/12/17

Characteristics of French children and adults with excessive free sugars intakes. Which dietary changes are needed to meet nutritional recommendations?

Doi : 10.1016/S0007-9960(17)30200-6 
Matthieu Maillot 1, , Lisa Privet 1, Sarah Vaudaine 2, Anne Lluch 2, Nicole Darmon 3, 4
1 MS-Nutrition, 27, boulevard Jean-Moulin, 13005 Marseille, France 
2 Danone Nutricia Research, RD128, avenue de la Vauve, 91128 Palaiseau Cedex, France 
3 NORT, INRA, AMU, INSERM, 27 boulevard Jean-Moulin, 13005 Marseille, France 
4 MOISA, INRA, CIHEAM-IAMM, CIRAD, Montpellier SupAgro, Université de Montpellier, 2, place Pierre-Viala, 34060 Montpellier, France 

*Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 14
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande une consommation de sucres libres (SL) inférieure à 10% de l’apport énergétique total chez les enfants et les adultes. L’objectif de cette étude était de décrire les caractéristiques et la diète des consommateurs dépassant cette recommandation (appelés ici « forts consommateurs ») en France et de modéliser les changements alimentaires nécessaires pour atteindre l’ensemble des recommandations nutritionnelles.

Les apports nutritionnels de 1 380 enfants et 1 719 adultes ont été estimés à partir de l’étude individuelle et nationale des consommations alimentaires (INCA2) (2006-2007) et de la table de composition du Centre d’information sur la qualité des aliments (CIQUAL) 2013 complétée des teneurs en SL. La population a été séparée en quatre classes d’âge (3-6 ans, 7-11 ans, 12-17 ans et les adultes) puis en deux sous-populations : SL-Compliants, pour les individus respectant la recommandation en SL (apport inférieur ou égal à 10% de l’apport énergétique total), et SL-Excès, pour ceux ne la respectant pas. Dans la sous-population SL-Excès, pour chaque diète individuelle observée, une nouvelle diète isocalorique optimisée – définie comme respectant un ensemble de 33 recommandations nutritionnelles (incluant la recommandation sur les SL), tout en restant le plus proche possible de la diète observée – a été modélisée par programmation linéaire. Quand aucune solution mathématique n’était possible, la diète était considérée comme non optimisable.

Le pourcentage d’individus SL-Excès décroît avec l’âge : 92, 86, 75, et 41% chez les 3-6 ans, 7-11 ans, 12-17 ans et chez les adultes, respectivement. Pour tous les groupes d’âge, les SL-Excès consomment plus de SL pendant les repas principaux mais surtout hors repas. Les diètes observées des SL-Excès n’étaient pas optimisables pour 40, 9, 11 et 0,1% chez les 3-6 ans, 7-11 ans, 12-17 ans et chez les adultes, respectivement. Pour les autres, l’optimisation conduit pour toutes les tranches d’âge à diminuer les produits sucrés, les boissons sucrées et les jus de fruits, et à augmenter les quantités d’eau, de fruits et légumes, féculents, et en plus pour les 7-17 ans à augmenter les produits laitiers (lait ou yaourt). L’optimisation diminue les SL (de –26 à –30 g/j, selon la classe d’âge), via une moindre contribution des produits sucrés (de –14,3 à –21,3 g de SL/j) et des boissons sucrées et jus de fruits (de –6,7 à –13,4 g de SL/j).

En conclusion, une forte majorité des enfants français a des apports excessifs en SL. Il est généralement possible d’optimiser la diète des forts consommateurs de SL en s’éloignant le moins possible de la diète observée. Néanmoins, compte tenu des contraintes imposées dans le modèle, une exploration complémentaire est nécessaire pour comprendre les raisons pour lesquelles il est impossible d’atteindre une diète nutritionnellement adéquate pour 40% des enfants de 3-6 ans ayant des apports excessifs en SL.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

The World Health Organization (WHO) recommends reducing the intake of free sugars to less than 10% of total energy intake for both children and adults. The objective of this study was to characterize the diet of French children and adults with excessive free sugar intakes and to model the dietary changes needed to achieve all the nutritional recommendations.

The nutritional intakes of 1,380 children and 1,719 adults were estimated from the French national survey INCA2 (2006-2007) and the CIQUAL 2013 French food composition database completed with free sugars (FS). The population was divided into 4 age classes (3-6 years, 7-11 years, 12-17 years and adults) and then into 2 groups, based on the contribution of free sugars to energy intake lower or equal to 10% (FS-Acceptable) or greater than 10% (FS-Excess). For each individual observed diet from the FS-Excess group, a new iso-caloric optimized diet – defined as complying with a set of 33 nutritional recommendations (including the recommendation on FS), while staying as close as possible to the observed diet – was modeled by linear programming. When no mathematical solution was possible, the diet optimization was considered unfeasible.

The percentage of FS-Excess individuals decreased with age: 92%, 86%, 75%, and 41% in the 3-6 years, 7-11 years, 12-17 years and in the adults, respectively. For all age groups, FS-Excess individuals consumed more free sugars, particularly out of the main meals. Diet optimization was unfeasible for 40%, 9%, 11% and 0.1% of FS-Excess individuals in 3-6 years, 7-11 years, 12-17 years and adults, respectively. When diet optimization was feasible, the main changes for all age groups were decreases in sweet products, sugar-sweetened beverages and fruit juices, and increases in water, fruit and vegetables, starchy foods. In the 7-17 years, dairy products (milk or yoghurt) were also increased. The diet optimization process decreased free sugars (-26 to -30 g of free sugars/d, depending on the age group), via a lower contribution of sweet products (from -14.3 to -21.3 g of free sugars/d) and sugar-sweetened beverages and fruit juices (-6.7 to -13.4 g of free sugars/d).

In conclusion, a large majority of French children have excessive intakes of free sugars. It is generally possible to optimize the diet of individuals with excessive intakes of free sugars, staying as close as possible to the observed diet. However, given the constraints imposed in the model, further exploration is needed to understand why it is impossible to achieve a nutritionally adequate diet for 40% of 3-6 years old children with excessive intakes of free sugars.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Sucre, Programmation linéaire, Recommandations nutritionnelles, Habitudes alimentaires, Snacking, France, INCA2

Keywords : Sugars, Linear programming, Nutrient recommendations, Dietary habits, Snacking, France, INCA2


Plan


© 2017  Société Française de Nutrition. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 52 - N° S1

P. S66-S79 - décembre 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Apports en sucres et principaux contributeurs dans la population française
  • Véronique Azaïs-Braesco, Matthieu Maillot
| Article suivant Article suivant
  • Sucrage des yaourts : diversité des comportements et impact sur les apports en sucres
  • Anne Saint-Eve, Anne-Cécile Mabille, Julien Delarue

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.