Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Profil étiologique d’un phénomène de Raynaud secondaire dans un service de médecine interne. À propos de 121 patients - 03/02/18

Etiological profile of secondary Raynaud's phenomenon in an internal medicine department. About 121 patients

Doi : 10.1016/j.jdmv.2017.11.005 
T. Ben Salem, M. Tougorti , S. Bziouech, M. Lamloum, M. Khanfir, I. Ben Ghorbel, M.H. Houman
 Service de médecine interne, La Rabta, Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le phénomène de Raynaud (PR) est un trouble vasomoteur paroxystique réversible, déclenché par le froid ou l’émotion. Deux entités indépendantes sont à distinguer : la maladie de Raynaud et le phénomène de Raynaud secondaire (PRS). Le but de cette étude était de déterminer le profil étiologique du phénomène de Raynaud secondaire dans un service de médecine interne.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive incluant les patients ayant présenté un phénomène de Raynaud secondaire, suivis dans un service de médecine interne entre 2000 et 2013.

Résultats

Nous avons inclus 121 patients. L’âge moyen au moment de l’apparition du PR était de 41,7 ans. L’âge moyen des patients au moment du diagnostic étiologique était de 47,3 ans. Le sex-ratio H/F était de 0,16. Le délai moyen entre le début du PR et la date de consultation était de 41,33 mois. Le PR touchait les mains dans tous les cas et les pieds dans 16 % des cas. La forme typique du PR était la plus fréquente (41,4 %). Les complications du phénomène de Raynaud (ulcérations, nécroses digitales ou de cicatrices déprimées) étaient notées dans 32,23 % des cas. La capillaroscopie péri-ungéale objectivait une microangiopathie spécifique avec présence de mégacapillaires chez 49,52 % des patients. Les anticorps antinucléaires étaient positifs chez 88,49 % des patients. Une pneumopathie interstitielle était associée chez 54,04 %. Les connectivites étaient diagnostiquées chez 86,77 % de nos patients. Les autres étiologies du PRS chez les patients hospitalisés en médecine interne étaient les vascularites (6,61 %), la maladie athéromateuse (1,65 %), les causes médicamenteuses et professionnelles (1,65 %). La connectivite la plus fréquente était la sclérodermie systémique (62 %) suivie par le lupus érythémateux systémique (11,57 %) et enfin, par le syndrome de Sjögren primitif dans 6,61 % des cas.

Conclusion

Dans notre série, le phénomène de Raynaud était le plus souvent secondaire à une connectivite, il peut s’agir d’un biais de sélection puisqu’il s’agit d’un service de troisième ligne où les malades sont souvent adressés pour une suspicion d’une maladie systémique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Raynaud's phenomenon is a reversible episodic vasospastic disorder triggered by cold or emotion. Two types of Raynaud's phenomenon were distinguished: Raynaud's disease and secondary Raynaud's phenomenon. The purpose of this study was to determine the etiologic profile of secondary Raynaud's phenomenon in an internal medicine department.

Methods

A descriptive retrospective study including patients with secondary Raynaud's phenomenon followed in a tertiary internal medicine department between 2000 and 2013.

Results

We included 121 patients. The sex ratio M/F was 0.16. The mean age at the onset of Raynaud's phenomenon was 41.7 years. The average age of patients at the time of the etiologic diagnosis was 47.3 years. The mean delay between Raynaud's phenomenon onset and the first consultation was 41.33 months. Raynaud's phenomenon involved hands in all cases and feet in 16.10% of cases with a typical form in most cases (41.4%). Complications (digital ulcers and scars) were noted in 32.23% of cases. Nail fold capillaroscopy showed scleroderma pattern in 49.52% of patients. Antinuclear antibodies were positive in 88.49% of patients. Interstitial lung disease was reported in 54.04% of cases. Connective tissue diseases were diagnosed in 86.77% of patients. Other secondary Raynaud's phenomenon causes were vasculitis (6.61%), atherosclerosis (1.65%) and medical or professional causes (1.65%). The most frequent one cause systemic sclerosis (n=61, 98%) followed by systemic lupus erythematosus (11.57%) and primary Sjögren syndrome (6.61%).

Conclusion

In our study, the Raynaud's phenomenon was most frequently secondary to connective tissue diseases. This may be a selection bias because our department is a third-line unit where patients are often referred for systemic disease suspicion.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Phénomène de Raynaud, Sclérodermie systémique, Maladie systémique, Lupus érythémateux systémique, Syndrome de Sjögren

Keywords : Raynaud's phenomenon, Connective tissue disease, Systemic sclerosis, Systemic lupus erythematosus, Sjögren Syndrome


Plan


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 43 - N° 1

P. 29-35 - février 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Thromboses ou sténoses de la veine cave supérieure sur chambres implantables. Six cas traités par voie endovasculaire ou chirurgie directe dans un contexte de cancer.
  • J.M. Fichelle, V. Baissas, S. Salvi, J.N. Fabiani
| Article suivant Article suivant
  • Standards de qualité pour la pratique de l’examen écho-Doppler dans l’étude des malformations et tumeurs vasculaires. Rapport de la Société française de médecine vasculaire (SFMV) : actualisation 2018
  • J.P. Laroche, S. Blaise, F. Becker, C. Laaeng Massoni, le groupe de travail de la SFMV (Malformations Vasculaires de la Société Française de Médecine Vasculaire), M. Nou-Howaldt, O. Pichot, H. Desmurs-Clavel, J. Jeancolas, C. Jurus, G. Sarlon-Bartoli, V. Soulier-Sotto, H. Thiel, M.A. Sevestre-Pietri, J. Maloizel-Delaunay, S. Mestre-Godin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.