Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Infarctus cérébral sur pseudo-anévrisme carotidien ancien - 19/03/18

Doi : 10.1016/j.jdmv.2017.12.113 
V. Blachier
 Centre de diagnostic et de thérapeutique, Hôtel-Dieu, 75004 Paris, France 

Résumé

Les pseudo-anévrysmes secondaires à une dissection carotidienne ancienne sont une cause rare d’infarctus cérébral et aucune donnée n’est disponible à l’heure actuelle dans la littérature. Nous rapportons ici deux cas pris en charge à l’hôpital Saint-Joseph aux soins intensifs de neurologie. Un patient de 30 ans était hospitalisé pour une hémiplégie avec hypoesthésie de l’hémicorps gauche en rapport avec un infarctus cérébral sylvien droit. Dans le bilan étiologique, il existait sur l’angioscanner cérébral une dilatation sacciforme en rapport avec une dissection ancienne avec image de thrombus intra-anévrismal. L’IRM cérébrale en séquence Fat Sat ne retrouvait pas d’hématome de paroi en faveur d’une dissection récente. Un deuxième patient de 63 ans était hospitalisé pour une hémiplégie gauche en rapport avec un infarctus jonctionnel entre les artères cérébrales antérieure et postérieure droites. L’angioscanner retrouvait un anévrisme disséquant de l’artère carotide interne droite sous-pétreuse sans occlusion intracrânienne d’aval. Il n’y avait pas d’hématome de paroi. Aucune donnée, dans les grandes séries de dissection carotidienne, ne rapporte le nombre d’infarctus cérébral lié aux anévrismes persistants. L’imputabilité de ce mécanisme a été évoquée devant le fait qu’aucune autre cause n’a été retrouvée malgré un bilan exhaustif d’infarctus cérébral.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Dissection carotidienne, Pseudo-anévrisme


Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 43 - N° 2

P. 126 - mars 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation du parcours de soins des patients atteints d’un lymphœdème secondaire à un cancer du sein entre l’institut universitaire du cancer IUCT et le service de médecine vasculaire du CHU Rangueil de Toulouse
  • J. Malloizel-Delaunay, L. Bouglon, H. Leray, C. Vaysse, M. Longué, A. Bura-Rivière
| Article suivant Article suivant
  • Anatomie fonctionnelle des veines du muscle semi-membraneux : voie dérivative et pompe musculaire de cuisse
  • J.-F. Uhl, M. Chahim, C. Gillot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.