Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les médecins généralistes avaient-ils intégré en 2017 les progrès réalisés dans la prise en charge de la maladie veineuse thromboembolique ? - 19/03/18

Doi : 10.1016/j.jdmv.2017.12.142 
J. Suhl , H. Sanson, P. Priollet
 Service de médecine vasculaire, groupe hospitalier Paris–Saint-Joseph, 75014 Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La maladie thromboembolique veineuse (MTEV) est une pathologie fréquente, avec une prévalence de 186 pour 100 000. Elle peut être grave et représente pour le médecin généraliste (MG), un enjeu à la fois de santé publique et de prise en charge diagnostique et thérapeutique. Elle bénéficie de 3 progrès essentiels : la performance diagnostique de l’écho-Doppler, l’utilisation des anticoagulants oraux directs (AOD) et la possibilité d’une prise en charge ambulatoire.

Objectif

Réaliser un état des lieux de la prise en charge de la MTEV en médecine générale à Paris en 2017.

Matériel et méthodes

Cette étude descriptive, observationnelle a eu lieu entre avril et novembre 2017. Trente-cinq MG sur 213 ayant été contactés à Paris ont répondu au questionnaire, soit un taux de participation de 16 %. Le questionnaire comportait 3 parties : données sociodémographiques des praticiens, renseignements généraux sur la prise en charge de la MTEV et 4 cas cliniques concernant le traitement de la MTEV : thrombose veineuse profonde (TVP) sous contraception hormonale, TVP récidivante, TVP gravidique, embolie pulmonaire dans un contexte néoplasique.

Résultats

Quatre-vingts pour cent des MG ayant participé ont plus de 50 ans. Leur durée d’exercice est supérieure à 20 ans pour 80 % d’entre eux. Quatre-vingt-onze pour cent des MG ayant répondu déclarent avoir un accès rapide à un écho-Doppler en ville pour le diagnostic de TVP. Soixante-quatorze pour cent connaissent les recommandations françaises sur la prise en charge de la MTEV. Quatre-vingts pour cent utilisent les AOD. Devant une TVP distale, 94 % proposent une prise en charge ambulatoire. En cas de TVP récidivantes, plus de la moitié des MG proposent un bilan de thrombophilie et la recherche d’un cancer occulte. En revanche, en cas de TVP distale chez une femme enceinte, 74 % préconisent un traitement hospitalier qui est loin de s’imposer tandis qu’en cas d’embolie pulmonaire dans un contexte néoplasique, 37 % prescrivent encore des anticoagulants par voie orale avec le risque d’être moins efficace.

Conclusion

En 2017, la prise en charge de la MTEV en médecine générale à Paris était certes encore inhomogène, mais la plupart des avancées diagnostiques et thérapeutiques en la matière sont connues même si elles ne sont pas encore toutes intégrées. Un guide thérapeutique avec mise à jour des recommandations récentes sur la MTEV pourrait concourir à améliorer encore la pratique des médecins généralistes et le lien avec les médecins vasculaires.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Maladie thromboembolique veineuse, Médecine générale


Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 43 - N° 2

P. 138 - mars 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Influence des antécédents cardiovasculaires sur le devenir des sujets amputés vasculaires
  • S. Prudhomme
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation rétrospective des complications thromboemboliques veineuses chez des patients opérés de fractures du bassin
  • C. Ostrowka

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.