Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Mésusage et iatrogénie des anticoagulants oraux directs chez les patients atteints de cancer : à propos de trois cas - 19/03/18

Doi : 10.1016/j.jdmv.2017.12.144 
L. Benzidia 1, , R. Gendreau 1, A. Hij 1, C. Frère 2, D. Farge-Bancel 1
1 Assistance publique–Hôpitaux de Paris, hôpital Saint-Louis, service de médecine interne, UF04 maladies auto-immunes et pathologie vasculaire, 75010 Paris, France 
2 Assistance publique–Hôpitaux de Paris, hôpital Pitié-Salpêtrière, service d’hématologie biologique, 75013 Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les recommandations internationales pour le traitement curatif de la maladie thromboembolique veineuse (MTEV) constituée chez les malades atteints de cancer reposent sur l’utilisation prolongée des héparines de bas poids moléculaire (HBPM). Les anticoagulants oraux directs (AOD) n’ont pas été comparés aux HBPM dans ce contexte clinique et en l’absence de données probantes, ils ne doivent pas être utilisés en première intention. Cependant, des études observationnelles récentes montrent que ceux-ci sont de plus en plus souvent prescrits.

Malades

Nous rapportons 3 cas de patients traités par AOD pour MTEV constituée dans un contexte de néoplasie et discutons le mauvais usage et la iatrogénie potentielle de ces médicaments. Le premier cas est celui d’une patiente de 57 ans ayant présenté une embolie pulmonaire traitée par dabigatran dans un contexte d’adénocarcinome infiltrant du sein droit traité par chimiothérapie et hormonothérapie. Le second cas est celui d’un patient de 73 ans traité par rivaroxaban pour une thrombose veineuse proximale diagnostiquée dans un contexte de cancer colorectal traité par hémicolectomie droite et chimiothérapie adjuvante. Le troisième cas est celui d’un patient de 75 ans traité par apixaban au long cours pour MTEV récidivante dans un contexte d’adénocarcinome de la prostate traité par radiothérapie et hormonothérapie.

Discussion

Bien que les résultats des analyses en sous-groupes des études prospectives randomisées ayant validé l’utilisation des AOD dans le traitement de la MTEV suggèrent que, chez les patients atteints de cancer, les AOD réduisent le risque de récidive de MTEV sans augmenter le risque d’hémorragie, en « vie réelle », le risque de iatrogénie lié à l’utilisation de ces médicaments s’avère élevé chez les patients avec multiples comorbidités, dont le cancer, comme en témoignent les résultats des premières études observationnelles publiées sur le sujet. De surcroît, la prise en charge des complications hémorragiques sous AOD, en l’absence d’antidote, est toujours complexe.

Conclusion

Ces 3 cas cliniques illustrent les dangers potentiels liés au mésusage des AOD chez les patients atteints de cancer. Une plus large diffusion des recommandations de bonne pratique clinique et une collaboration étroite entre oncologues et médecins vasculaires permettront d’éviter les erreurs de prescriptions chez des patients exposés, du fait de leur maladie néoplasique, à un risque accru de iatrogénie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cancer, Anticoagulants oraux directs


Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 43 - N° 2

P. 139 - mars 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation rétrospective des complications thromboemboliques veineuses chez des patients opérés de fractures du bassin
  • C. Ostrowka
| Article suivant Article suivant
  • Résultats fonctionnels sur une cohorte lilloise des différentes stratégies thérapeutiques chez le patient claudicant
  • S. Debruyne, J. Sobocinski, M. Rochoy, A.-L. Madika, M.-A. Sevestre, C. Mounier-Vehier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.