Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Cartographie préopératoire : ce qui facilite le choix du chirurgien - 19/03/18

Doi : 10.1016/j.jdmv.2017.12.017 
J.-Y. Bosc
 191, avenue Doyen-Gaston-Giraud, 34295 Montpellier, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le bilan vasculaire exhaustif est un prérequis désormais recommandé pour toutes créations d’abords vasculaires d’hémodialyse. Etape clé de ce bilan, la cartographie ultrasonique reste indissociable de l’interrogatoire et de l’examen clinique. La connaissance des antécédents ou facteurs de comorbidité péjoratifs pour la fonctionnalité de l’accès vasculaire à réaliser, associée à l’examen clinique sensibilisent la réalisation de l’examen ultrasonique. Son but est de répondre objectivement à l’exploitation optimale du capital vasculaire pour la réalisation d’un accès natif au niveau de l’extrémité du membre supérieur, si possible non dominant surtout si l’éducation du patient à l’autoponction est envisagée. Dans le cas contraire, l’examen permet d’envisager les alternatives natives telles que les FAV cubito-cubitales et brachio-basiliques, et de maintenir les pontages artério-veineux au dernier recours périphérique. Mais cet examen facilite-t-il réellement le choix du chirurgien expérimenté ? Certainement, si ce bilan du capital vasculaire artériel et veineux des deux membres supérieurs est exhaustif. Il expose au chirurgien les différentes possibilités afin que le programme de gestion de la création de l’abord adéquat soit mis en place dans le parcours de soins du patient avec le souci de préserver de toute agression les vaisseaux choisis comme le reste du capital vasculaire. Les niveaux anastomotiques sont décrits au plus précis voire même marqués sur le plan cutané afin de limiter la dissection. Les variantes anatomiques sont connues et utilisées dans le schéma chirurgical (naissance de l’artère radiale au-dessus du pli du coude, artère dominante au poignet…). Le risque d’ischémie tissulaire par décompensation d’artériopathie sous-jacente est minimisé par les mesures dynamiques réalisées lors du bilan vasculaire. La probabilité de la maturation de l’abord est renforcée par la quantification de la capacité dilatatoire de l’arbre artériel du membre supérieur et par l’objectivation d’un réseau veineux superficiel se drainant librement et le plus directement possible vers le réseau profond. La nécessité d’un geste chirurgical complémentaire pour transposer, lipectomiser ou améliorer la maturation est anticipée. Dans les cas de plus en plus fréquents où l’examen clinique est contributif à seulement quelques experts, la vision des vaisseaux au sein des tissus a ce côté didactique qui permet une meilleure acceptation du projet chirurgical par le patient et son entourage. Les cas plus complexes présentés par les patients porteurs d’abords vasculaires perméables/fonctionnels ou non, sont parfaitement appréhendés par la cartographie qui permet souvent de récupérer au moins en partie le réseau vasculaire précédemment utilisé ou qui déjoue les pièges des séquelles sténo-thrombotiques d’anciens pontages rendant incertain un drainage veineux libre à haut débit. Le compte rendu de l’examen angéiologique doit tout retranscrire le plus simplement possible et présenter sur un schéma les différents éléments vasculaires, leurs caractéristiques anatomiques et fonctionnelles. Le marquage cutané codé en accord avec l’équipe chirurgicale est toujours utile en préopératoire. En conclusion une cartographie dans un bilan vasculaire objectif, exhaustif et contributif (c’est-à-dire parfois réalisé sans délai) est un plus surtout pour le chirurgien expérimenté.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cartographie ultrasonique, Hémodialyse


Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 43 - N° 2

P. 79-80 - mars 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les abords vasculaires pour hémodialyse en 2018
  • N. Sadaghianloo, S. Declemy, R. Hassen-Khodja
| Article suivant Article suivant
  • Suivi des abords vasculaires
  • M. Hanoy, F. Le Roy

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.