Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Place des AOD dans l’artériopathie périphérique - 19/03/18

Doi : 10.1016/j.jdmv.2017.12.028 
C. Le Hello
 Département de médecine vasculaire et thérapeutique, université Jean-Monnet, CHU Nord, campus santé et innovations, 42270 St-Priest-en Jarez, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le traitement médical de la maladie athéromateuse repose sur l’activité physique, la correction des facteurs de risque vasculaire et les médicaments, et notamment les antiplaquettaires. Le traitement antithrombotique permettant de diminuer l’incidence des évènements cardiovasculaires et la mortalité sans trop augmenter le risque hémorragique reste à définir. En partant de leurs propriétés fondamentales, les AOD ont été testés en pathologie coronaire puis périphérique. L’étude COMPASS PAD a montré, dans l’artériopathie stable, une diminution significative de l’incidence des évènements cardiovasculaires majeurs dans le groupe des patients traités par l’association aspirine 100mg/j et rivaroxaban 2,5mg×2/j en comparaison de ceux traités par aspirine seule. En corollaire, le risque hémorragique était majoré dans le groupe traité par l’association aspirine rivaroxaban sans augmentation du nombre des hémorragies fatales. D’autres études testant les AOD sont en cours et notamment dans l’artériopathie revascularisée. Ces données encourageantes nous laissent percevoir que le traitement antithrombotique de l’artériopathie va changer dans un futur plus ou moins proche.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Anticoagulant oral direct (AOD), Artériopathie périphérique


Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 43 - N° 2

P. 84-85 - mars 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Place des anticoagulants oraux directs en pathologie coronaire
  • J. Emmerich
| Article suivant Article suivant
  • Artériopathie oblitérante des membres inférieurs en Afrique subsaharienne : une maladie rare ?
  • M. Guerchet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.