Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pratique d’une activité physique de loisir chez les patients atteints de sclérose en plaques en région Centre-Val de Loire - 27/03/18

Doi : 10.1016/j.neurol.2018.01.229 
Juliette Rodot 1, , Paul Bregeaut 2, Emeline Laurent 2, Gérard Boileau 3, Anne Marie Guennoc 4
1 Activité physique adaptée, réseau Neuro Centre, Joué-lès-Tours, France 
2 Unité régionale d’épidémiologie hospitalière, CHRU hôpitaux de Tours, hôpital Bretonneau, Tours, France 
3 Médecine physique et de réadaptation, MGEN établissement de soins de suite et de réadaptation de Montrichard, Montrichard, France 
4 Neurologie, réseau Neuro Centre, Joué-lès-Tours, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La pratique d’une activité physique de loisir (APL) contribue à améliorer la qualité de vie des patients atteints de sclérose en plaques (SEP). Comment cela se passe-t-il en région Centre-Val de Loire (CVL) ?

Objectifs

L’objectif principal était de mesurer le pourcentage de patients pratiquant ou souhaitant pratiquer une APL. Les objectifs secondaires étaient d’analyser freins, leviers et facteurs associés à la pratique d’une APL.

Méthodes

Nous avons évalué de mai à septembre 2017 par questionnaire anonyme auprès de patients atteints de SEP et domiciliés en CVL, la pratique d’une APL selon la définition de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Les freins et leviers étaient mesurés par échelle de Likert. Les facteurs associés à la pratique d’une APL ont été étudiés par analyse bivariée (Chi2) et incluaient le score EDMUS Grading Scale (EGS).

Résultats

Trois cent quatre-vingt-dix patients ont été inclus parmi lesquels 37 % pratiquaient une APL. Cinquante-neuf pour cent souhaitaient débuter une nouvelle APL et 21 % renforcer leur APL actuelle. Les principaux freins étaient : fatigue, symptôme de la maladie et manque de motivation. Les principaux leviers étaient : amélioration de l’état de santé général, de la performance physique et relaxation. Les principaux facteurs associés à la non-pratique étaient un score EGS élevé, l’absence d’activité professionnelle, une méconnaissance des recommandations OMS.

Discussion

La proportion des patients pratiquant une APL (37 %) était inférieure à celle déclarée en population générale (43 % des femmes en 2008), alors que les bénéfices pourraient être plus importants dans cette population spécifique souhaitant fortement s’engager dans une APL. Le principal frein était les symptômes de la maladie avec des hétérogénéités territoriales : absence de structure adaptée pour un département.

Conclusion

Trois moyens apparaissent pour améliorer l’accès des patients SEP aux APL : développer des APL accessibles aux personnes à mobilité réduite, sensibiliser les patients et renforcer le discours des professionnels.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Sclérose en plaques, Activité physique de loisir, Freins


Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 174 - N° S1

P. S101 - avril 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Quelle utilisation des traitements de fond chez des patients ayant une SEP rémittente en France sur la période 1990–2017 ? Éléments de réponse à partir des données de l’Ofsep
  • Emmanuelle Leray, Fabien Rollot, Romain Casey, Jonathan Roux, Jérôme De Seze, David Laplaud, Sandra Vukusic
| Article suivant Article suivant
  • Amélioration des troubles cognitifs et de l’impact sur la vie quotidienne après 12 mois de traitement par Qizenday®
  • Cécile Donzé, Marc-Alexandre Guyot, Caroline Massot, Bruno Lenne, Arnaud Kwiatkowski, Patrick Hautecoeur

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.