Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Syndrome de Parinaud aigu : à propos d’un cas - 27/03/18

Doi : 10.1016/j.neurol.2018.01.071 
Haifa Kharrat 1, , Cyrine Jeridi 1, Ines Benabdelaziz 2, Nabli Fatma 3, Samia Ben Sassi 2, Samir Belal 4, Fayçel Hentati 2
1 Neurologie adulte, Institut national de neurologie Mongi Ben Hamida, Tunis, Tunisie 
2 Service de neurologie, Institut national de neurologie, Tunis, Tunisie 
3 Neurologie, service des consultations externes, Institut national de neurologie, Tunis, Tunisie 
4 Service de neurologie, EPS Charles Nicolle, Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le syndrome de Parinaud (SP) se manifeste par une paralysie de la verticalité du regard vers le haut et/ou vers le bas avec la conservation des mouvements horizontaux.

Observation

Nous rapportons le cas d’un patient ayant présenté une lésion mésencéphalique unilatérale avec comme seule manifestation un syndrome de Parinaud aigu isolé et incomplet. Femme de 70 ans aux antécédents personnels d’ HTA qui a présenté de façon brutale une diplopie. L’examen était normal hors mis une paralysie bilatérale de la verticalité du regard sans trouble de la convergence ni nystagmus ni baisse de l’acuité visuelle. Il existait une rétraction palpébrale bilatérale. Le scanner cérébral était normal. L’IRM cérébrale avait montré àla séquence T2 et FLAIR un hypersignal unilatéral droit du mésencéphale paramédian qui flache à la séquence de diffusion. La patiente a été mise sous traitement antiagrégant avec résolution spontanée de la diplopie au bout de 2 semaines.

Discussion

Les pathologies les plus incriminées au cours du SP sont les tumeurs cérébrales pinéales, l’hydrocéphalie et les hématomes. L’origine vasculaire est rare. Les structures incriminées sont le noyau interstitiel de Cajal et la commissure postérieure. Le tableau peut être complet ou incomplet comme dans notre cas.

Conclusion

Nous démontrons qu’une lésion unilatérale unique du mésencéphale paramédian, comme chez notre patiente, peut interrompre les voies impliquées dans les mouvements de verticalité du regard, induisant une lésion bilatérale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Accident vasculaire cérébral, Paralysie de la verticalité, Syndrome de Parinaud


Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 174 - N° S1

P. S31 - avril 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Paralysie (supra)nucléaire du III : 2 cas
  • Vasily Smirnov, Sabine Defoort
| Article suivant Article suivant
  • Qualité de vie des patients porteurs d’une épilepsie pharmacorésistante : à propos d’une cohorte hospitalière de 116 patients
  • Nadia Zouari, Marwa Ajmi, Sana Ben Amor, Rabiaa Douma, Omezzine Asma, Ali Bouslama, Sofien Ben Ammou

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.