Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Bourgeons charnus multiples induits par les médicaments : à propos de 4 cas - 28/04/18

Doi : 10.1016/j.annder.2018.03.076 
F. Rabhi , H. Hammami, W. Sassi, A. Zaouak, S. Fenniche
 Service de dermatologie, hôpital Habib Thameur, Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les bourgeons charnus (BC) sont des proliférations vasculaires bénignes. Les ongles sont souvent atteints vue la fréquence élevée des traumatismes et la richesse de la vascularisation de l’appareil unguéal. Des cas de BC multiples induits par des médicaments sont rapportés dans la littérature.

Matériels et méthodes

Nous avons colligé les cas de BC multiple d’origine médicamenteuses ayant consulté au service de dermatologie de l’hôpital Habib Thameur au cours de la période allant de 2011 à 2016.

Résultats

Nous avons colligé 4 cas. Ils étaient tous de sexe masculin. L’âge moyen était de 20 ans. Un patient était sous trois antiépileptiques et les 3 autres étaient sous des neuroleptiques et antiépileptiques. Le délai moyen d’apparition était de 3 mois. Ces BC étaient péri-unguéaux dans 4 cas et sous unguéaux dans 1 cas. Le nombre moyen des doigts et des orteils atteints était quatre. Les BC étaient localisés au niveau des doigts dans un seul cas et au niveau des orteils dans 3 cas. Des surinfections bactériennes étaient notées dans 2 cas. Les médicaments incriminés étaient le lévoméromazine dans deux cas et le carbamazépine et le phénytoine dans chacun des autres cas. Tous les patients avaient bénéficié d’un traitement symptomatique par cryothérapie et électrocoagulation. Une évolution favorable après l’arrêt du médicament inducteur était obtenue dans seul cas. La substitution n’était pas possible dans 2 cas. Le quatrième commençait à s’améliorer 3 semaines après l’arrêt.

Discussion

Les BC sont idiopathiques, secondaires à des traumatismes aiguës ou répétés, associées à la grossesse et à des maladies inflammatoires ou induits par des médicaments. La cause médicamenteuse doit être suspectée devant le nombre des BC, l’atteinte simultanée des doigts et des orteils, la résistance aux traitements usuels et l’absence d’une pathologie sous-jacente comme le psoriasis, la sarcoïdose, et les spondylarthrites. Les médicaments souvent incriminés dans la littérature sont les rétinoïdes systémiques, les agents antirétroviraux et les agents anticancéreux en particulier ceux qui ciblent la voie du facteur de croissance endothélial vasculaire (VEGF) et les inhibiteurs du récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR). Dans notre série, il s’agit plutôt de médicaments antiépileptiques (carbamazépine, phénitoine) et antipsychotique (lévoméromazine). La pathogénie est encore mal élucidée. Il est possible que les médicaments cités activent des facteurs pro-angiogéniques et inhibent les collagénases.

Conclusions

Les antiépileptiques et les neuroleptiques devraient être inclus dans la liste des médicaments associés à l’apparition des BC unguéaux multiples. D’autres études sont nécessaires pour expliquer la physiopathologie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 145 - N° 4S

P. A46 - mai 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Ulcérations cutanées mimant un pyoderma gangrenosum révélatrices d’une granulomatose éosinophilique avec polyangéite
  • Saloua Ismail, Wissem Hafsi, Mouna Chebbi, Amani Gharbi, Imed Ben Ghorbel, Ines Chelly, Nidhameddine Kchir, Habib Houman, Mourad Mokni
| Article suivant Article suivant
  • Érysipèle : étude bactériologique de 35 cas
  • Z. Kaddioui, F.-Z. El Fatoiki, H. Belabbes, F. Hali, S. Chiheb

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.