Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Cancer et récidive thromboembolique veineuse : les clés d’une prise en charge optimale - 07/05/18

Cancer and venous thromboembolism recurrence: The keys for an optimal management

Doi : 10.1016/j.bulcan.2017.12.006 
Isabelle Mahé 1, , 2 , Ygal Benhamou 3, Hélène Helfer 1, Jean Chidiac 1
1 AP–HP, université Paris 7, hôpital Louis-Mourier, service de médecine interne, 178, rue des Renouillers, 92700 Colombes, France 
2 EA Remes 7334, université Paris Diderot, Sorbonne, hôpital Saint-Louis, 1, rue Claude-Vellefaux, 75010 Paris, France 
3 Hôpital Charles-Nicolle, service de médecine interne, 1, rue de Germont, 76000 Rouen, France 

?Isabelle MahéAP–HP, université Paris 7, hôpital Louis-Mourier, service de médecine interne, 178, rue des Renouillers, 92700 Colombes, France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les héparines de bas poids moléculaire sont à ce jour le traitement de référence pour les 3 à 6 premiers mois du traitement de la maladie thromboembolique veineuse (MTEV) chez les patients atteints de cancer. Elles sont préconisées par toutes les recommandations internationales. En dépit du risque élevé de récidive thromboembolique et de décès chez ces patients et le rapport bénéfice/risque favorable des héparines de bas poids moléculaire démontré dans les études randomisées et contrôlées, l’adhérence aux recommandations de traitement demeure insuffisante dans la pratique. La revue systématique des études observationnelles, des registres et les enquêtes sur la prise en charge des patients avec une maladie thromboembolique veineuse associée au cancer a permis de constater qu’environ 50 % des patients sont traités en conformité avec les recommandations. Des raisons liées au praticien mais aussi au patient peuvent être avancées pour l’expliquer. Sur la base des données disponibles et publiées, nous avons relevé les différences entre les recommandations et la pratique clinique et identifié les facteurs qui influencent la prise en charge des patients, avec comme perspective l’amélioration de l’adhérence aux recommandations. Une meilleure application des recommandations demande de mieux comprendre les facteurs liés au médecin et au patient pouvant influencer les décisions thérapeutiques. Une approche globale du patient atteint de thrombose et cancer est nécessaire pour optimiser la prise en charge des patients avec une maladie thromboembolique veineuse associée au cancer.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Low-molecular-weight heparins (LMWH) are to date the standard for 3-to-6-month treatment of cancer-associated thrombosis (CAT) as they are consistently recommended by international clinical practice guidelines. Despite the high risk of VTE recurrence and death in patients with cancer and the favorable benefit-risk profile of LMWH demonstrated in randomized-control studies, the implementation of treatment guidelines remains insufficient in the clinical practice. A systematic review of observational studies, registries and surveys reveals that approximately only 50% of patients with CAT are treated according to practice guidelines while both physicians and patients may be accountable for this situation. Based on the few available published data, we have observed differences between guidelines and clinical practice and we have identified factors influencing patient's management with the perspective to improve adherence to clinical practice guidelines in patients with CAT. Improving the implementation of clinical practice guidelines requires a better knowledge of physician and patient-related factors that influence therapeutic decisions. A global approach of patients with CAT is warranted to optimize the therapeutic management of cancer-associated VTE.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cancer, Maladie thromboembolique veineuse, Héparines de bas poids moléculaire, Recommandations de traitement

Keywords : Cancer, Venous thromboembolism, Low-molecular-weight heparin, Treatment guidelines


Plan


© 2018  Société Française du Cancer. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 105 - N° 5

P. 508-516 - mai 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Épidémiologie du carcinome hépatocellulaire : simple augmentation d’incidence ou futur drame ?
  • Jean-Luc Raoul, Judith Raimbourg, Sandrine Hiret, Xavier Adhoute, Hélène Senellart
| Article suivant Article suivant
  • Radiothérapie et maladies inflammatoires chroniques de l’intestin : revue de la littérature
  • Omar Jmour, Anna Pellat, Laurianne Colson-Durand, Nhu Hanh To, Igor Latorzeff, Paul Sargos, Iradj Sobhani, Yazid Belkacemi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.