Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intoxication familiale à Nicotiana glauca - 10/05/18

Doi : 10.1016/j.toxac.2018.04.025 
Y. Barguil 1, C. Antheaume 2, N. Tatoyan 1, , M. Mikulski 3, E. Caltot 3, X. Laurenco 3
1 Laboratoire de biochimie-toxicologie, CHT Gaston-Bourret, Nouméa, Nouvelle-Calédonie 
2 Laboratoire de spectrométrie de masse, université de la Nouvelle-Calédonie, Nouméa, Nouvelle-Calédonie 
3 Département d’anesthésie et de réanimation, CHT Gaston-Bourret, Nouméa, Nouvelle-Calédonie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Nous présentons deux cas d’empoisonnement consécutifs à l’ingestion de feuilles bouillies d’une plante confondue soit avec une espèce d’épinard, soit avec du « chou canaque » (Abelmoschus manihot). Le plus sévère a nécessité une hospitalisation en service de réanimation. Les déclarations étaient divergentes en fonction des membres de la famille ayant participé au repas.

Description des cas

En août 2017, une femme et son mari âgés de 54 ans ont présenté au décours d’un repas de « soupe au chou » d’abord des céphalées avec vertiges, puis faiblesse progressive des membres inférieurs, agitation et obnubilation, et pour la femme uniquement : dyspnée aiguë ayant motivé l’appel du SAMU par la famille. À l’arrivée des secours, la femme est dyspnéique, comateuse et bradycarde mais non défaillante hémodynamiquement. Lorsque l’ambulance arrive aux urgences du centre hospitalier, elle est retrouvée en arrêt cardiorespiratoire (ACR). Elle bénéficie d’un massage cardiaque, est intubée et reçoit adrénaline (2mg) en IV. Admise en réanimation, elle est mise sous protocole d’hypothermie thérapeutique pendant 24h. Sur le plan hémodynamique, la patiente nécessitera l’administration de faibles doses de noradrénaline durant 24h. L’évolution sera marquée par des épisodes d’agitation nécessitant une reprise de la sédation et sera favorable en 5 jours. Aucune anomalie clinique ou para-clinique ne permet d’expliquer cet ACR. Le mari a présenté un important syndrome cérébelleux qui s’amendera en 12h. Une éventuelle confusion entre Abelmoschus manihot, dont les feuilles sont comestibles et Manihot esculenta, dont les feuilles peuvent contenir de grandes quantités de glycosides cyanogénétiques en période de sécheresse, est écartée devant l’absence d’acidose lactique. L’interrogatoire de l’entourage est très difficile mais la sœur ramène des branches et des feuilles fraîches de la plante. Un extrait hydro-éthanolique 50:50 de la feuille est analysé par LC-MS/MS.

Résultats

Les parties de la plante rapportées ne permettent pas de l’identifier visuellement bien que l’aspect des feuilles orienterait vers une Solanaceae. La sœur de la victime rapporte qu’il s’agit d’un arbuste. Les présentations cliniques excluent une intoxication par un datura arborescent (absence de mydriase et présence d’une bradycardie sinusale). Après discussions avec des ethnobotanistes, il s’avère que cette plante n’est pas connue en Nouvelle-Calédonie et qu’il s’agit probablement d’une espèce invasive. L’analyse LC-MS/MS de l’extrait permet toutefois de mettre en évidence la présence d’anabasine (C10H14N2), en très forte quantité ; dès lors, Nicotiana glauca, un tabac arborescent non répertorié en Nouvelle-Calédonie, est rapidement identifié. L’anabasine est l’homologue pipéridinique de la nor-nicotine et est l’alcaloïde principal des tabacs arborescents.

Conclusion

L’intoxication nicotinique à anabasine est rarement décrite. L’anabasine est l’alcaloïde principal du tabac « en arbre », Nicotiana glauca ; sa létalité est 10 fois supérieure à celle de la nicotine. La plante est originaire d’Amérique du Sud et est présente sur tout le pourtour méditerranéen ainsi qu’en Australie. Sa présence en Nouvelle-Calédonie n’était pas connue jusqu’à ce jour. Les intoxications sont le plus souvent le résultat d’une confusion avec des légumes-feuilles. Il convient de noter que les troubles digestifs étaient absents du tableau clinique que nous avons présenté.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 2S

P. S28 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Suicides par les plantes : à propos de 2 cas d’ingestion d’if et de laurier rose
  • P. Nisse, J. Tison, G. Choukroun, I. Malissin, J. Poupon, M. Mathieu
| Article suivant Article suivant
  • Intoxications aiguës volontaires au glyphosate et au carbofurane : présentation de deux cas et facteurs de risques de gravité
  • S. Rouillon, S. El Balkhi, Y. Sauvageon, J. Lelong, B. Brunet, P. Mura, N. Venisse

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.