Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Première identification d’un diurétique (hydrochlorothiazide) dans les cheveux : application à un cas d’un dopage et interprétation des concentrations - 10/05/18

Doi : 10.1016/j.toxac.2018.04.039 
L. Gheddar 1, , A. Ameline 1, A. Eibel 1, J.-S. Raul 1, P. Kintz 1, 2
1 Institut de médecine légale, Strasbourg, France 
2 X-Pertise Consulting, Oberhausbergen, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Identifier et quantifier l’hydrochlorothiazide, un diurétique, dans les cheveux d’un athlète ayant un résultat anormal dans ses urines et déterminer si la concentration retrouvée correspond à une exposition unique ou répétée.

Introduction

Commercialisé seul (Esidrex®) ou en association avec d’autres molécules, l’hydrochlorothiazide est un diurétique de la famille des benzothiadiazines utilisé dans le traitement de l’hypertension artérielle. Il inhibe la réabsorption du sodium et augmente l’excrétion urinaire. Du fait de son pouvoir diurétique, l’hydrochlorothiazide peut être utilisé par certains sportifs pour perdre du poids (sport à catégorie de poids) ou pour éliminer plus rapidement des agents anabolisants ou stimulants. Il est classé comme substance interdite par l’Agence mondiale antidopage (classe S5. Diurétiques et agents masquants).

Étude de cas

Nous rapportons le cas d’un nageur de haut niveau présentant un résultat anormal pour l’hydrochlorothiazide dans ses urines (de l’ordre du pg/mL). L’athlète conteste le résultat et nie la prise volontaire du médicament. Il admet toutefois qu’une consommation par inadvertance est possible puisqu’un de ses amis est traité par hydrochlorothiazide. Le laboratoire a été missionné pour une recherche dans les cheveux afin d’établir un profil de consommation.

Méthodes

Aucune méthode d’identification de diurétique(s) dans les cheveux n’a été publiée à ce jour et donc aucune référence bibliographique n’était disponible. Afin de pouvoir interpréter des résultats et obtenir des informations sur la détectabilité de l’hydrochlorothiazide dans les cheveux, quatre volontaires sains de sexe masculin ont reçu par voie orale un comprimé de 25mg d’Esidrex® et des cheveux ont été prélevés 1 mois après l’exposition. Par ailleurs, dix volontaires sous traitement thérapeutique (posologies de 6,5–12,5 et 25mg par jour) ont été inclus dans cette étude. Une méthode quantitative spécifique a été développée par chromatographie liquide couplée à un spectromètre de masse en tandem (LC-MS/MS). Après incubation (50°C, 15h) à pH 7,0 et ajout de l’hydrofluméthiazide, utilisé comme standard interne, l’échantillon est extrait par 5mL d’acétate d’éthyle, puis évaporé et repris dans 50μL de phase mobile (95/5, v/v, eau+1mM acétate d’ammonium/MeOH+1mM acétate d’ammonium). Les transitions utilisées pour l’hydrochlorothiazide sont m/z 296,1>268,9 (quantification) et 296,1>204,9 (confirmation) et pour l’hydrofluméthiazide m/z 329,8>302,9.

Résultats

Une calibration a été réalisée dans des cheveux négatifs. La gamme de 5 à 2000pg/mg est linéaire avec un coefficient de corrélation de 0,995. La limite de quantification est de 5pg/mg. L’analyse du segment 0–2cm des 4 volontaires est négative à la limite de quantification. Les cheveux des dix patients (2cm) sous traitement quotidien se sont révélés positifs avec des concentrations variant de 12 à 1845pg/mg, sans aucune relation entre dose quotidienne et concentration. Les cheveux de l’athlète, segmentés en 3×2cm, ont montré une concentration d’hydrochlorothiazide à 36pg/mg dans le segment correspondant à la période du contrôle urinaire.

Conclusion

Pour la première fois, un diurétique (hydrochlorothiazide) a été identifié dans les cheveux. La molécule se fixe mal, probablement du fait de sa propriété faiblement acide et sans corrélation entre dose et concentration. Puisqu’une exposition unique n’est pas identifiable dans les cheveux et sur la base des résultats des patients sous traitement quotidien, la concentration retrouvée chez le sportif a été interprétée comme correspondant à une exposition répétée, sans qu’il soit possible d’établir une dose et une fréquence de consommation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 2S

P. S36 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Quel est l’apport de la chromatographie en phase supercritique pour l’analyse antidopage ?
  • D. Guillarme, L. Novakova, V. Desfontaine, R. Nicoli, M. Saugy, T. Kuuranne, J.-L. Veuthey
| Article suivant Article suivant
  • Réseaux moléculaires en toxicologie médico-légale : applications et perspectives
  • S. Allard, P.-M. Allard, I. Morel, T. Gicquel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.