Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Une méthode de LC-MS entièrement automatisée pour la recherche et le dosage des stupéfiants - 10/05/18

Doi : 10.1016/j.toxac.2018.04.067 
T. Robin 1, S. Dulaurent 1, S. El Balkhi 1, F. Saint-Marcoux 1, 2,
1 Service de pharmacologie, toxicologie et pharmacovigilance, CHU de Limoges, Limoges, France 
2 Laboratoire de toxicologie, faculté de pharmacie, Limoges, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Les méthodes de LC-MS pour la recherche et le dosage de xénobiotiques dans les matrices biologiques font usuellement appel à des préparations par extraction liquide–liquide, par extraction en phase solide (« off-line » ou « on-line ») ou par précipitation protéique (notamment avec des sels QuEChERS [1]). Quelle que soit l’approche, des étapes manuelles demeurent nécessaires. Dans cette étude, nous rapportons une méthode d’extraction entièrement automatisée et directement couplée à un système de LC-MS, pour le dosage d’amphétamines, de cocaïniques et d’opiacés dans le sang.

Méthodes

Quarante-deux molécules (et 20 étalons internes deutérés ; EI) parmi lesquelles des dérivés amphétaminiques, cocaïniques et opiacés sont incluses dans la méthode. L’extraction est réalisée par un automate (CLAM 2000 ; Shimadzu®) directement couplé à une chaîne LC-MS (pompes LC-30 AD/Nexera X2, passeur automatique SIL-30 AC-MP, triple quadripôle LC-MS-8060 ; Shimadzu®). La séparation chromatographique est effectuée par une colonne Raptor biphenyl (100×2,1mm ; Restek®). L’acquisition spectrale se fait en mode électrospray (ionisation positive) avec jusqu’à 15 transitions suivies par molécule, à des énergies de collision optimisées (option MRM spectrum).

Résultats

Après avoir déposé le tube primaire dans l’automate, 50μL de sang ou plasma sont pipetés et délivrés dans un tube contenant un filtre (PTFE ; pores de 0,45μm) qui est au préalable conditionné avec 20μL de méthanol, puis 10μL d’une solution contenant les EI, et 100μL d’acétonitrile sont ajoutés. Après agitation, le mélange est aspiré à travers le filtre et 3μL sont injectés. Au total, extraction (9min) et temps chromatographique (séparation en 9min+9min d’équilibration) étant réalisées en parallèle, 18minutes sont nécessaires pour obtenir les premiers résultats d’une série. La méthode a été validée selon les exigences de la norme ISO 15189 (répétabilité, reproductibilité, effets matrices, rendements d’extraction, accord entre matrices). En fonction des molécules, les limites de détection et de quantification sont de 1, 2,5 ou 5μg/L. L’acquisition en mode MRM spectrum (dwell time compris entre 3 et 10ms et pause time de 1ms permettant un temps de cycle inférieur à 1s) ne montre aucune perte de sensibilité par rapport à une acquisition MRM traditionnelle (3 transitions par molécule). Une étude de stabilité a montré que les courbes de calibration pouvaient assurer une précision supérieure à 80 % pendant au moins 1 mois. Les performances de cette méthode ont été comparées à celles d’une méthode LC-MS utilisant des sels QuEChERS [1] pour un échantillon de 43 prélèvements issus de patients : 76 molécules ont été détectées, chacune par les 2 méthodes, et une analyse de régression a rapporté un r2 de 0,98 entre les 2 méthodes.

Conclusion

Nous rapportons une méthode de LC-MS avec une extraction entièrement automatisée permettant le dosage de stupéfiants dans le sang ou le plasma. Elle permet de diminuer le temps opérateur et d’accélérer très significativement les délais de rendu de résultats.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 2S

P. S53 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Décès accidentel à la suite d’une injection de B2 Ultra
  • J. Lelong, B. Brunet, L. Afonso, M. Voyer, C. Richeval, L. Humbert, Y. Sauvageon, A. Delbreil, P. Mura
| Article suivant Article suivant
  • Homicide-suicide par intoxication à l’acébutolol : une approche multimatrice par réseau moléculaire
  • T. Gicquel, S. Allard, B. Le Daré, A. Baert, R. Bouvet, I. Morel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.