Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intoxication à la 3,4-méthylènedioxy-N-méthylamphétamine avec syndrome sérotoninergique récidivant : intérêt de l’analyse toxicologique - 10/05/18

Doi : 10.1016/j.toxac.2018.04.079 
M. Soichot 1, , I. Malissin 2, M. Brianceau 1, 2, M. Cadenet 1, 2, N. Deye 1, A. Mihoubi 1, B. Mégarbane 2, L. Labat 1
1 Laboratoire de toxicologie biologique, hôpital Lariboisière, AP–HP, Paris, France 
2 Réanimation médicale et toxicologique, hôpital Lariboisière, AP–HP, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Rapporter une intoxication à la 3,4-méthylènedioxy-N-méthylamphétamine (MDMA) avec syndrome sérotoninergique (SS) récidivant et discuter de l’apport prédictif de l’analyse toxicologique.

Description du cas

Un homme de 20 ans, retrouvé inconscient au cours d’une techno-parade après consommation de MDMA (dose, voie et délai de consommation inconnus) est pris en charge par le SMUR devant une agitation extrême avec hyperthermie à 40°C. Le patient est comateux (GCS 9/15), hypotendu (60/40mmHg) et tachycarde (140/min), avec sueurs profuses, myoclonies, révulsion oculaire et mydriase bilatérale. Il est intubé, ventilé, sédaté et curarisé. En réanimation, il reçoit du NaCl isotonique à +4°C, du midazolam et du lévétiracétam (hypothèse de convulsions) et de la cyprohéptadine pour traiter le SS. L’EEG montre une encéphalopathie sans éléments critiques et les bilans initiaux révèlent une pneumonie d’inhalation (traitée par co-amoxicilline), une rhabdomyolyse (CPK à 35 271UI/L), une insuffisance rénale (créatininémie à 170μmol/L), une cytolyse hépatique (pic d’ALAT à 2074UI/L) et une coagulation intravasculaire disséminée. Après stabilisation, les tentatives de décurarisation et de désédation échouent jusqu’à j10, avec récidive de l’hyperthermie, de la mydriase, des myoclonies, de l’hypertonie et de l’hyperréflexie. À j10, la décurarisation est possible, suivie d’une désédation progressive. Le patient est extubé à 40 puis transféré en addictologie.

Résultats

À l’admission, le screening immunologique urinaire est positif pour la MDMA, les amphétamines, les benzodiazépines et le cannabis. La présence d’ecstasy est confirmée (1) dans le plasma en UPLC-DAD/MS (MDMA) et (2) dans les urines en GC-MS (MDMA et MDA). Les concentrations plasmatiques de MDMA et MDA mesurées en LC-MS/MS sont de 678 et 40ng/mL respectivement. Une pharmacocinétique est réalisée indépendamment des informations cliniques. Les concentrations de MDA et MDMA diminuent progressivement pour devenir indétectables à j4 et j10 respectivement (LLOQ 5ng/mL). À l’exception du GHB dont la recherche est négative, aucune autre drogue festive n’a été recherchée.

Conclusion

L’élimination de MDMA et MDA suit une cinétique non linéaire avec une demi-vie terminale d’élimination doublée comparée à celle observée chez des volontaires sains (8–9h). Cependant, le SS a récidivé jusqu’à j10, date où MDMA et MDA sont indétectables dans le plasma. L’apparition et la durée du SS post-consommation de MDMA semblent peu liées à la dose et traduisent davantage une vulnérabilité individuelle avec plusieurs mécanismes possibles : stimulation excessive des récepteurs sérotoninergiques avec altérations synaptiques fonctionnelles ou lésionnelles, surproduction de métabolites neurotoxiques issus du métabolisme du tryptophane, toxicité des métabolites thioesthers conjugués de la MDMA, influence de l’environnement, des co-consommations festives ou des prises répétées [2, 1]. Ainsi, le suivi des concentrations de MDMA/MDA permettrait non seulement d’attester de l’élimination des toxiques mais également de mieux comprendre les conditions de survenue et de récidive éventuelle du SS, responsable d’une neurotoxicité parfois fatale. De plus, le suivi d’autres métabolites comme les thioesthers conjugués du MDMA pourrait aussi s’avérer déterminant pour comprendre la variabilité [1].

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 2S

P. S60 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Screening toxicologique dans un contexte d’urgence pédiatrique : limites des bandelettes urinaires
  • M. Soichot, J.-L. Beaudeux, L. Labat, P. Houzé
| Article suivant Article suivant
  • Application de la technologie des biopuces à la détection simultanée de buprénorphine, mitragynine, fentanyl et des composés et dérivés illicites du fentanyl à partir d’un seul échantillon
  • L. Keery, E. Johnston, G.-J. Norney, J. Darragh, M.-A. Gomez, M.-E. Benchikh, M.-L. Rodríguez, R.-I. McConnell, S.-P. FitzGerald

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.