Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Greffe hépatique et pièges de l’intoxication volontaire par la forme « retard » du paracétamol - 10/05/18

Doi : 10.1016/j.toxac.2018.04.105 
R. Lovat 1, D. Castanares-Zapatero 2, P.-F. Laterre 2, M. Cillis 3, P. Hantson 2, 4,
1 Département des soins intensifs, CHR Namur, Belgique 
2 Département des soins intensifs, cliniques Saint-Luc, Bruxelles, Belgique 
3 Département de pharmacie, cliniques Saint-Luc, Bruxelles, Belgique 
4 Louvain center for toxicology and applied pharmacology, université catholique de Louvain, Bruxelles, Belgique 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Rapporter une observation d’intoxication aiguë volontaire par une forme « retard » du paracétamol qui illustre la difficulté de l’interprétation de la paracétamolémie et les causes possibles d’un échec du schéma d’administration classique de la N-acétylcystéine (NAC).

Description

Un patient de 24 ans aux antécédents psychiatriques était transféré pour hépatite fulminante suite à une ingestion suicidaire de paracétamol et d’éthanol. La dose ingérée demeurait indéterminée, le délai entre l’ingestion et l’admission pouvant être entre 8 et 12h. La paracétamolémie initiale était de 179,3mg/L et l’éthanolémie de 1,52g/L. Le patient recevait le schéma classique de NAC en 20h. Le charbon de bois activé n’avait pas été administré. Trois paracétamolémies étaient obtenues à h7 (après le début de la NAC) (230,2mg/L), h12 (126,8mg/L) et h24 (62,7mg/L). L’évolution clinique et biologique était favorable. Après avis psychiatrique, une mise en observation était ordonnée dans une institution psychiatrique. Toute prise additionnelle de paracétamol pouvait être exclue pendant cette période. Le patient était ré-adressé aux urgences 24h plus tard pour troubles de la conscience et flapping. La paracétamolémie était de 104,7mg/L à h48, justifiant la reprise de la NAC. Parallèlement apparaissaient une cytolyse avec coagulopathie, hypoglycémie, insuffisance rénale aiguë et acidose lactique. L’indication de transplantation hépatique était posée à j4 sur base des critères du King's College et la greffe réalisée à j6. Les emballages retrouvés a posteriori à domicile correspondaient à du Panadol® Retard (665mg). La paracétamolémie ne devenait indétectable qu’à j7. Les suites opératoires étaient marquées par une lente amélioration neurologique et de la fonction rénale.

Discussion

L’ingestion suicidaire de paracétamol à libération prolongée (LP) pose des problèmes diagnostiques et thérapeutiques [1]. Le nomogramme de Rumack-Matthew n’est pas utilisable. Par ailleurs, le schéma classique d’administration de NAC en 20h peut être pris en défaut. Habituellement, le paracétamol « retard » est résorbé jusqu’à une période de 8heures qui peut être prolongée en cas d’ingestion massive. Exceptionnellement, un deuxième pic plasmatique pourrait être observé en cas de perturbations de la motilité gastro-intestinale ou de la résorption. Les modifications cinétiques induites par cette forme « retard » imposent des prélèvements toxicologiques itératifs, idéalement toutes les 6heures, afin de guider également la durée du traitement par la NAC qui doit se prolonger jusqu’à l’absence de détection du paracétamol et à la correction des perturbations hépatiques. Le schéma habituel est de prolonger la phase finale de 100mg/kg de NAC par périodes de 16h.

Conclusion

L’ingestion de la forme « retard » du paracétamol pose d’importants problèmes diagnostiques et thérapeutiques et impose le maintien du patient dans un milieu permettant une surveillance clinique et biologique rapprochée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 2S

P. S75 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Intoxication sévère et prolongée par flécaïnide et rôle du polymorphisme génétique du cytochrome P450 2D6
  • C. Wuidart, V. Haufroid, P. Hantson
| Article suivant Article suivant
  • Méthadone et hypoglycémie
  • P.-Y. Henin, F. Verschuren, V. Huberlant, M. Maréchal, P. Hantson

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.