Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Hypokaliémie et usage détourné de gouttes auriculaires - 10/05/18

Doi : 10.1016/j.toxac.2018.04.107 
P.-F. Petit 1, V. Gillion 1, M. Jadoul 1, P. Hantson 2, 3,
1 Service de néphrologie, cliniques Saint-Luc, Bruxelles, Belgique 
2 Département des soins intensifs, cliniques Saint-Luc, Bruxelles, Belgique 
3 Louvain center for toxicology and applied pharmacology, université catholique de Louvain, Bruxelles, Belgique 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

L’usage détourné de médicaments peut induire des effets secondaires graves et inattendus. Nous rapportons un cas d’hypokaliémie induite par l’utilisation de gouttes auriculaires pour une indication non reconnue.

Description

Une patiente de 84 ans était admise aux urgences après une syncope survenue à domicile. Elle avait des antécédents d’hypertension, d’hypothyroïdie et de sécheresse buccale. Le traitement habituel incluait nifédipine, aténolol, pantoprazole et L-thyroxine. Elle se plaignait d’une faiblesse musculaire des membres inférieurs apparues dans les dernières semaines et d’une perte d’appétit suite à des ulcères de la langue traités par une solution topique prescrite par le médecin généraliste. À l’admission, l’examen neurologique était normal, avec une TA de 200/90mm Hg, une FC de 90/min et une glycémie à 138mg/dL. L’ECG révélait de nombreuses extrasystoles ventriculaires et la patiente présentait rapidement un nouvel épisode syncopal associé à des torsades de pointe. La biologie sanguine montrait : potassium à 1,32mmol/L, sodium 149mmol/L, bicarbonate 47mmol/L, CK 9571UI/L, rénine 3,3μUI/L (3–40), aldostérone 1,5ng/dL (<14), cortisol 411nmol/L (70–280), potassium urinaire 23mmol/L, sodium urinaire 178mmol/L. La patiente niait toute consommation de réglisse et toute prise récente de laxatifs ou de diurétiques. La biologie sanguine était normale 5 mois avant cette admission. Le tableau biologique récent était cependant compatible avec un hyperaldostéronisme induit. L’appel au pharmacien nous apprenait que la patiente avait acheté 3 bouteilles de 10mL de Panotile® sur les 3 dernières semaines. Cette solution externe est habituellement destinée à traiter les otites externes (lidocaÏne 40mg/mL, néomycine 7500UI/mL, polymyxine B 10 000UI/mL et acétate de fludrocortisone 1mg/mL). La patiente l’utilisait pour traiter les ulcères de la langue et avait donc été exposée à une dose totale de 30mg de fludrocortisone. L’évolution était favorable sous traitement substitutif de potassium, la patiente développait un tableau de cardiomyopathie de type « takotsubo » en cours de séjour.

Discussion

Les étiologies de pseudo-hyperaldostéronisme primaire ne sont pas fréquentes. Une cause classique est une consommation excessive de réglisse apportant de l’acide glycyrrhizique, ou une reprise cachée de diurétiques [1]. Dans le cas présent, l’usage détourné de gouttes auriculaires a conduit à une exposition à une dose significative de fludrocortisone absorbée par voie linguale [2].

Conclusion

La fludrocortisone est absorbée par voie linguale et peut conduire à un tableau de pseudo-hyperaldostéronisme primaire avec hypokalémie sévère, torsades de pointe et rhabdomyolyse.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 2S

P. S76 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Méthadone et hypoglycémie
  • P.-Y. Henin, F. Verschuren, V. Huberlant, M. Maréchal, P. Hantson
| Article suivant Article suivant
  • Rhabdomyolyse, statine et hyponatrémie
  • M. Cillis, P. Hantson

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.