Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Kinésiophobie et douleur induite par la kinésithérapie dans la prise en charge des douleurs d’origine musculo-squelettique : étude d’une cohorte nationale multicentrique de patients et leur médecin généraliste - 20/06/18

Doi : 10.1016/j.rhum.2017.09.010 
Serge Perrot a, , Anne-Priscille Trouvin a, Virginie Rondeau b, Isabelle Chartier c, Rosine Arnaud d, Jean-Yves Milon d, Denis Pouchain e
a Inserm U 987, centre de la douleur, hôpital Hôtel-Dieu et hôpital Cochin, 27, rue du Faubourg-Saint-Jacques, 75014 Paris, France 
b Inserm U897, 33000 Bordeaux, France 
c Aixial-Pharma, 92300 Levallois-Perret, France 
d Bristol-Myers Squibb, 92500 Rueil-Malmaison, France 
e Service de médecine générale, université François-Rabelais, 37000 Tours, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 7
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La kinésithérapie est une composante majeure de la prise en charge des douleurs d’origine musculo-squelettique (DMS). Cette étude avait pour objectif d’évaluer la kinésiophobie, son impact et sa prise en charge, dans une population de patients ayant reçu une prescription de kinésithérapie pour des DMS.

Méthodes

Une étude nationale prospective multicentrique a été menée en France chez des patients ayant reçu une prescription de kinésithérapie pour des DMS. Le score de kinésiophobie a été mesuré sur l’échelle de Tampa (Tampa Scale of Kinesiophobia [TSK]). La douleur, la satisfaction, la consommation d’antalgiques ont été évaluées à la première visite, à la 5e séance de kinésithérapie puis à la sortie du programme de rééducation.

Résultats

Sept cents patients consécutifs souffrant de DMS, dont 54,5 % de femmes, ayant reçu une prescription de kinésithérapie, ont été inclus par 186 médecins généralistes (MG) : 501 avaient un score élevé de kinésiophobie (score TSK>40). Les patients présentant une kinésiophobie étaient significativement plus âgés, avec une activité physique réduite, des douleurs plus intenses et une faible acceptabilité de la douleur. Les patients inclus par un MG ayant une kinésiophobie avérée avaient des douleurs et un score de kinésiophobie plus élevés. À l’issue de la 5e séance de kinésithérapie, la satisfaction globale était significativement plus élevée chez les patients sans kinésiophobie. On notait une amélioration significative de la satisfaction chez les patients ayant reçu une prescription préventive d’antalgiques avant la kinésithérapie, c’est-à-dire 25,6 % d’entre eux. Les facteurs prédictifs indépendants de la prise en charge spécifique des douleurs induites par la kinésithérapie étaient : kinésiophobie du patient (OR=2,02 [1,07–3,82]), traitement antalgique en cours (OR=2,05 [1,16–3,63]), médecin généraliste ayant suivi un cursus post-thèse sur la douleur (OR=2,65 [1,29–5,43]), médecin généraliste exerçant dans le secteur privé (OR=1,88 [1,01–3,48]).

Conclusion

La kinésiophobie est un processus fréquent chez les patients souffrant de DMS, il est associé à la kinésiophobie du MG et diminue la satisfaction du patient vis-à-vis de la kinésithérapie. Une prescription antalgique préventive avant les séances de rééducation permet d’augmenter la satisfaction des patients et doit être proposée en vue d’améliorer la prise en charge des DMS.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Kinésiophobie, Douleurs musculo-squelettiques, Kinésithérapie, Douleur


Plan


 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article mais la référence anglaise de Joint Bone Spine avec le DOI ci-dessus.


© 2017  Société Française de Rhumatologie. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 85 - N° 4

P. 339-345 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Stratégies thérapeutiques dans le rhumatisme psoriasique
  • Julien Schemoul, Cécile Poulain, Pascal Claudepierre
| Article suivant Article suivant
  • Prévalence de la polyarthrite rhumatoïde aux Antilles françaises : résultats de l’étude EPPPRA en Martinique
  • Lauren Brunier, Marie Bleterry, Sylvie Merle, Christian Derancourt, Katlyn Polomat, Véronique Dehlinger, Christophe Deligny, Georges Jean-Baptiste, Serge Arfi, Rishika Banydeen, Michel De Bandt

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.