Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

The visual prostate symptom score is a simple tool to identify and follow up in general practice patients with lower urinary tract symptoms associated with benign prostatic hyperplasia (a study with 1359 patients) - 02/08/18

Doi : 10.1016/j.lpm.2018.06.011 
Aurélien Descazeaud 1, , Patrick Coloby 2, Alexandre De La Taille 3, Gilles Karsenty 4, Georges Kouri 5, Dominique Rossi 6, Fréderic Carrois 7, Marc Zerbib 8
1 CHU Dupuytren, service d’urologie, 2, avenue Martin-Luther-King, 87000 Limoges, France 
2 Centre hospitalier René Dubos, service d’urologie, 6, avenue de l’Île-de-France, 95300 Pontoise, France 
3 CHU Henri Mondor, service d’urologie, 94010 Créteil, France 
4 Service d’urologie, 13005 Marseille, France 
5 Polyclinique Francheville, service d’urologie, 39, boulevard de Vesone, 24000 Périgueux, France 
6 Hôpital Nord, université d’Aix-Marseille, service d’urologie, 13015 Marseille, France 
7 Laboratoires Bouchara-Recordati, 70, avenue du Général-de-Gaulle, 92800 Puteaux, France 
8 Hôpital Cochin, université Paris-Descartes, service d’urologie, 75014 Paris, France 

Aurélien Descazeaud, CHU Dupuytren, service d’urologie, 2, avenue Martin-Luther-King, 87000 Limoges, France.CHU Dupuytren, service d’urologie2, avenue Martin-Luther-KingLimoges87000France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le jeudi 02 août 2018
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Summary

Introduction

The IPSS (International Prostate Symptom Score), a structured self-administered questionnaire is the reference test for evaluation of lower urinary tract symptoms (LUTS). A 5-pictogram score entitled Score Visuel Prostatique en Images (SVPI) was proposed in France and evaluated by urologists. We assessed the interest of the SVPI for the identification and monitoring of benign prostatic hyperplasia (BPH)-related LUTS in general practice, and compared it with the IPSS.

Methods

A prospective observational survey was carried out with general practitioners (GPs) throughout France. The first 4consecutive patients aged over 60years, with BPH-related LUTS (IPSS score greater than 8) for whom the GP freely intended to prescribe an alpha-blocker, were enrolled. Two self-administered questionnaires were used at baseline and at follow-up visit (between 1 and 3months): French language version of the IPSS (8questions) and the SVPI. The 5pictograms of the SVPI were: How many times do you urinate during the day (score of 0 to 5)? How many times do you urinate during the night (score of 0 to 5)? Do you experience an urgent need to urinate (score of 0 to 4)? How strong is the stream (response from 0 to 4)? Do you urinate in a satisfactory manner (score of 0 to 6)? The primary objective was to assess and validate the sensitivity to change of the SVPI at baseline and follow-up visit by the study of the correlation of its changes according to the changes of LUTS evaluated with the IPSS.

Results

Five hundred and forty seven GPs enrolled at least one patient and returned information. 2261patients completed the inclusion questionnaire, and 1359 were included in the statistical analysis. Under treatment with alpha-blocker, the IPSS average decreased from 17.7±4.9 to 10.5±4.4 (P<0.0001) with an average diminution of 7.2±4.0, which corresponded to an improvement of 40.7%. This significant decrease of the IPSS involved all its components. The total SVPI was evaluated to 13.8±3.1, the irritative sub-score to 7.4±2.0, and the obstructive sub-score to 2.4±0.8. The internal consistency of the SVPI was good with a value of the Cronbach Alpha coefficient of 0.74. Under treatment with alpha-blocker, the value of the total SVPI decreased from 13.8±3.1 to 8.2±3.0 (P<0.0001) between enrolment and the follow-up visit. The Pearson coefficients assessing the correlations in 1359 patients with benign prostatic hypertrophy were statistically significant at enrolment, and at the follow-up visit. Their variations were all significant. The correlations were weak for the obstructive subscores. Four hundred and fifty-one GPs gave their opinion on the SVPI compared to IPSS: for 36.8% of them, the SVPI was completed a little more rapidly than the IPSS, for 34.6% more rapidly, and for 22.8% of them the SVPI was completed much more rapidly. For 5.8% of them, there was no difference. With regard to ease of understanding for the patient, the 451 GPs responded: much easier for 27.3%, easier for 37.3%, a little easier for 27.1%, and 8.4% had no opinion.

Conclusion

This study showed the SVPI to be a simple and useful tool for identifying and monitoring BPH-related LUTS. Total SVPI was correlated with total IPSS, even if the obstructive subscore correlation was weaker. The good sensitivity of the SVPI to change showed its potential interest for monitoring LUTS. Given the underuse of the IPSS and the interest expressed by GPs and urologists, the SVPI might be used alone to analyse patient complaints.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

L’International Prostate Symptom Score (IPSS), un questionnaire structuré auto-administré, est le test de référence pour évaluer les symptômes du bas appareil urinaire (SBAU). Un score avec 5pictogrammes, le Score Visuel Prostatique en Images (SVPI), a été proposé en France et évalué par des urologues. Nous avons évalué l’intérêt du SVPI pour identifier et suivre les SBAU lié à l’hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) en médecine générale, et l’avons comparé à l’IPSS.

Méthodes

Une étude observationnelle prospective a été faite avec des médecins généralistes (MG) de toute la France. Les 4premiers patients consécutifs de plus de 60 ans, ayant des SBAU liés à une HBP (score IPSS de plus de 8), et pour lesquels les MGs avaient l’intention de prescrire un alpha-bloquant, ont été inclus. Deux questionnaires auto-administrés ont été utilisés lors de l’inclusion et de la visite de suivi (entre 1 et 3 mois): la version française de l’IPSS (8questions) et le SVPI. Les 5pictogrammes du SVPI étaient : Combien de fois urinez-vous le jour (score de 0 à 5) ? Combien de fois urinez-vous la nuit (score de 0 à 5) ? Avez-vous des envies pressantes (score de 0 à 4) ? Quelle est la force du jet (réponse de 0 à 4) ? Urinez-vous de façon satisfaisante (score de 0 à 6) ? Le critère principal était d’évaluer la validité et la sensibilité au changement du SVPI lors de l’inclusion et de la visite de suivi par la corrélation des changements des SBAU évalués avec l’IPSS.

Résultats

Cinq cent quarante-sept MGs ont inclu au moins un patient; 2261patients ont rempli le questionnaire d’inclusion, and 1359 ont été inclus dans l’analyse statistique. Avec un alpha-bloquant, le score IPSS moyen a diminué de 17,7±4,9 à 10,5±4,4 (p<0,0001) avec une diminution moyenne de 7,2±4,0 (amélioration de 40,7 %). La diminution statistiquement significative de l’IPASS a concerné tous ses composants. Le score total SVPI était de 13,8+3,1, avec un sous-score irritatif de 7,4+2,0, et un sous-score obstructif de 2,4+0,8. La validité interne du SVPI était bonne avec un coefficient de Cronbach Alpha coefficient de 0,74. Avec un alpha-bloquant, la valeur totale du SVPI a diminué de 13,8±3,1 à 8,2±3,0 (p<0,0001) entre l’inclusion et la visite de suivi. Les coefficients de Pearson évaluant les corrélations des 1359patients étaient statistiquement significatifs à l’inclusion et à la visite de suivi. Leurs variations étaient toutes significatives. Les corrélations étaient plus faibles pour les sous-scores obstructifs. Quatre cent cinquante et un MGs ont donné leur opinion sur le SVPI comparé à l’IPSS : pour 36,8 %, le SVPI était rempli un peu plus rapidement que l’IPSS, pour 34,6 % plus rapidement, et pour 22,8 % beaucoup plus rapidement. Pour 5,8 % des MGs, il n’y avait pas de différence. Pour la compréhension par le patient, les 451MGs ont répondu : plus facile pour 27,3 %, facile pour 37,3 %, un peu plus facile pour 27,1 %, et 8,4 % n’avaient pas d’opinion.

Conclusion

Cette étude a montré que le SVPI était un outil simple et utile pour identifier et suivre les SBAU liés à l’HBP. Le score SVPI total était corrélé avec le score IPSS total, même si la corrélation du sous-score obstructif était plus faible. La bonne sensibilité du SVPI au changement a montré son intérêt potentiel pour suivre les SBAU. Compte tenu de la sous-utilisation de l’IPSS et de l’intérêt des MGs et urologues, le SVPI peut être utilisé seul pour évaluer les plaintes des patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


 This work has been presented as an oral communication at the 108th Annual AFU Meeting in November 2014.


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.