Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Surveillance nationale des intoxications accidentelles par des champignons : bilan des cas rapportés au réseau des centres antipoison de 2010 à 2017 - 21/08/18

Doi : 10.1016/j.toxac.2018.07.082 
S. Sinno-Tellier 1, , C. Greillet 1, C. Bruneau 2
1 ANSES, Maisons-Alfort, France 
2 Centre antipoison et toxicovigilance d’Angers, CHU d’Angers, Angers, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectif

Réaliser un bilan des intoxications accidentelles par des champignons collectées dans le cadre de la surveillance nationale mise en œuvre par l’InVS en 2010 puis par l’Anses à partir de 2016, en lien avec le réseau des centres antipoison (CAP).

Méthode

Étude descriptive des cas d’intoxication accidentelle par ingestion de champignons supérieurs (macromycètes) rapportés au réseau des CAP de 2010 à 2017. Les cas d’exposition par voie oculaire, respiratoire ou cutanée seule, ou à des moisissures, ou d’imputabilité nulle, ou survenus dans un contexte d’usage récréatif ou suicidaire, ou en outre-mer, ont été exclus. Les cas graves (avec menace du pronostic vital et/ou séquelles) ont été revus et validés par un toxicologue du réseau des CAP.

Résultats

Au total, 10 662 cas ont été inclus de 2010 à 2017. L’intoxication était collective pour 22,4 % d’entre eux. À l’exception de 2016, caractérisée par un faible nombre de cas (n=878), la répartition annuelle des intoxications semblait légèrement décroissante de 2010 à 2014, puis de nouveau croissante (n=1603 en 2017). La saisonnalité était marquée en octobre (médiane égale à 500 cas), bien qu’un pic mensuel soit observé dès août en 2011 et 2014. Les intoxications étaient survenues dans une large zone d’ouest, du sud et de l’est de la France. Le sexe ratio était égal à 1, et l’âge variait de 9 mois à 96 ans (moyenne à 45,2 ans) ; 3,2 % des cas étaient âgés de moins de 5 ans, dont 1/3 avaient été intoxiqués au cours d’un repas alors qu’il est recommandé de ne pas proposer de champignons à de jeunes enfants. Pour les années 2016 et 2017, lorsque l’information était connue (dans 78,6 % des cas), les champignons étaient majoritairement issus de la cueillette (92,6 %), plutôt qu’achetés dans le commerce (7,4 %). Plus de 90 % des personnes intoxiquées présentaient au moins un signe digestif (vomissements, diarrhée…), suivis de signes généraux (sueurs, fatigue…), neurologiques (céphalées, vertige…), cardiovasculaires et/ou psychiques respectivement pour 20,2 %, 12,9 %, 3,8 % et 3,0 % d’entre elles. Sans qu’il ne soit possible de confirmer l’espèce réellement consommée, les champignons le plus souvent codés correspondaient à des bolets ou cèpes (pour 26,3 % des cas), agarics (7,7 %), clitocybes (6,4 %), lépiotes (6,4 %), amanites (5,6 %), chanterelles (4,9 %) ou tricholomes (4,8 %) ; dans 30,1 % des cas, l’espèce n’était pas précisée. Un mélange de spécimens avait été consommé dans 14,1 % des cas. Les intoxications par des espèces réputées comestibles pouvaient être causées par un champignon comestible consommé en mauvais état, cru ou mal cuit ou en grande quantité, ou à une confusion avec une espèce toxique. La consommation d’espèces toxiques a pu être identifiée par les experts mycologues (photographies de cueillette ou de restes de repas disponibles). De 11 à 44 cas graves ont été identifiés par an (médiane : 31) et correspondaient à des syndromes phalloïdiens (62,1 %), panthériniens (12,6 %) ou sudoriens (10,1 %). Les décès, variant de 0 à 5 par an (médiane : 2,5), étaient exclusivement dus à des syndromes phalloïdiens (71,4 %) ou sudoriens (28,6 %).

Conclusion

Si la surveillance nationale saisonnière permet de publier, au moment du pic d’intoxication, un communiqué de presse rappelant les recommandations de cueillette et de consommation des champignons, la diffusion des mesures de prévention par des relais locaux (associations de mycologues, pharmaciens…) reste indispensable pour limiter le nombre d’intoxications par des champignons, dont certaines peuvent être graves voire mortelles.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 3

P. 159 - septembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Autres intoxications aux champignons : le point de vue du clinicien
  • M. Labadie
| Article suivant Article suivant
  • Intoxication par les mycotoxines tremorgènes chez le chien
  • L. Lheureux, S. Bailly, M. Kammerer

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.