Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Plantes et atteintes dermatologiques - 21/08/18

Doi : 10.1016/j.toxac.2018.07.097 
S. Nail-Billaud
 Centre antipoison et toxicovigilance Grand Ouest, CHU d’Angers, Angers, France 

Résumé

Objectif

Il ne se passe pas une semaine sans voir apparaître une nouvelle façon de s’alimenter, de se soigner, de jardiner, de consommer qui ne soit plus naturelle que la précédente. C’est l’exposition cutanée qui va nous intéresser ici puisque le contact cutané avec des végétaux peut se retrouver dans de très nombreuses situations et les réactions provoquées et lésions observées peuvent avoir divers mécanismes. Les sujets les plus souvent exposés sont dans un premier temps les professionnels au contact des végétaux (horticulteurs, forestiers, jardiniers…) mais on note aussi qu’un très nombreux public peut s’exposer lors des activités de loisirs, sport, bricolage, jardinage, promenades… Si certaines plantes peuvent être toxiques pour la peau par contact direct comme les euphorbes à cause de leur latex irritant, un autre mécanisme bien connu et qui va faire l’objet de cette présentation est l’exposition concomitante à certaines plantes et au soleil générant ainsi des réactions de phototoxicité donnant lieu à une catégorie de lésions appelées phytophotodermatoses. La pigmentation, résultat de l’action de certaines plantes combinées aux rayons du soleil, est connue et décrite depuis des temps anciens. Dès 2000 avant J-C, le jus d’Ammi majus en Egypte ou le psoralier en Inde suivi d’une exposition au soleil était utilisé dans le traitement du vitiligo. Freund, en 1916, rapporte la survenue d’une atteinte pigmentaire cutanée après l’application sur la peau d’une eau de Cologne contenant de l’huile de bergamote. Il détaille la lésion en forme de pendentif mais ne reconnaît pas l’implication du soleil dans son origine. Une autre forme de dermatite caractérisée par une éruption, des vésicules et des bulles suivies d’une pigmentation résiduelle est décrite en 1932 par Oppenheim qui met alors en avant l’action conjointe de la plante et des rayons solaires. Enfin, c’est en 1942 que fut introduit, par Klaber, le terme de phytophotodermatose.

Méthode et résultats

Nous présenterons ici un bilan des cas de phytophotodermatoses au centre anti poison d’Angers sur l’analyse des appels depuis 10 ans et en se concentrant sur 4 grandes familles principalement impliquées dans ces réactions c’est-à-dire : les Apiacées, les Fabacées, les Moracées et les Rutacées.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 3

P. 166 - septembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Conseils pour une botanique gourmande et sans risque
  • F. Couplan
| Article suivant Article suivant
  • Phytolistes, mycoliste : les listes d’experts en appui des toxicologues
  • A. Villa

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.