Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intoxications aux aristoloches dans le monde : le point en 2018 - 21/08/18

Doi : 10.1016/j.toxac.2018.07.100 
J. Nortier 1, , T. Baudoux 1, V. Bunel 1, I. Jadot 2, M. Antoine 1, T. Roumeguere 1, N. Broeders 1, J.L. Vanherweghem 1
1 Services de néphrologie et d’urologie, hôpital Erasme, université libre de Bruxelles, Bruxelles, France 
2 Lab. physiologie générale, université de Namur, Namur, Belgique 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectif

Les acides aristolochiques (AA) sont des dérivés nitro-phénanthrènes contenus dans les tiges, feuilles et racines des Aristoloches, plantes herbacées de la famille des Aristolochiacées ubiquitaires dans les régions tropicales et méditerranéennes. Ils sont responsables de la néphropathie aux AA (NAA), néphrite tubulo-interstitielle progressive (fibrose et atrophie tubulaire sévères) conduisant à une insuffisance rénale chronique (IRC) terminale nécessitant le recours à un traitement de suppléance (dialyse vs. transplantation). La NAA se complique fréquemment de carcinome urothélial. Vingt-cinq ans après la publication des 1ers cas, nous avons voulu dresser l’état de notre expérience et un bilan des cas rapportés dans la littérature scientifique [1, 2].

Description des cas

1) Description de la série belge princeps : parmi les personnes ayant ingéré entre 1990 et 1992 des gélules « amincissantes » à base de racines broyées d’Aristolochia fangchi, 75 ont été/sont suivies à l’hôpital Erasme, parmi lesquelles 57 (ratio F/M : 56/1) ont présenté une IRC terminale. Cinquante ont bénéficié d’une transplantation rénale ; 21 d’entre elles ont présenté un carcinome urothélial du bassinet et/ou des uretères (invasif dans 2 cas) ou de la vessie (3 cystectomies) ayant entraîné à ce jour 5 décès. Quatre patientes sont décédées d’un cancer du tube digestif (côlon, œsophage, foie), 1 d’un lymphome cérébral et 8 de cause cardiopulmonaire ou infectieuse. Parmi les 7 cas d’IRC encore suivis, 1 a subi une uro-néphrectomie pour carcinome du bassinet. Un cas supplémentaire a été diagnostiqué au stade métastatique sans IRC associée. Le lien causal avec les « plantes chinoises » ingérées a été démontré par la mise en évidence d’adduits d’ADN spécifiques aux métabolites des AA dans le tissu rénal [3]. 2) État des lieux mondial : des cas sporadiques de NAA, liés à l’ingestion d’extraits d’aristoloche, ont été rapportés en Europe occidentale et aux États-Unis. Dans les pays asiatiques, les phytothérapies traditionnelles largement utilisées exposent une proportion importante des populations à des plantes contenant des AA. Plusieurs centaines de cas ont été rapportés au Japon, à Taïwan et en Chine continentale. À Taiwan, une incidence élevée de cancers vésicaux et d’hépato-carcinomes en lien avec l’exposition aux AA ont été rapportés. De plus, l’étiologie de la néphropathie endémique des Balkans (fibrose interstitielle et cancers urinaires) a été revisitée : des adduits d’ADN formés par les AA ont été démontrés dans les tissus rénaux et les cancers urinaires [4] ; les AA ont été détectés dans la farine obtenue de céréales contaminées par les graines d’Aristolochia clematitis [4]. Au moins 25 000 personnes établies de longue date dans des villages des Balkans seraient concernées par l’exposition environnementale aux AA.

Conclusion

Malgré les interdictions officielles d’utilisation des aristoloches, l’exposition aux AA représente encore un véritable enjeu de santé publique à l’échelle mondiale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 3

P. 167 - septembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Hallucinogènes d’origine végétale
  • G. Le Roux
| Article suivant Article suivant
  • Intoxication par le laurier rose en France : étude rétrospective d’après les données des centres antipoison entre 1999 et 2016
  • L. Capaldo, A. Courtois, F. Giraud, I. Blanc-Brisset, M. Labadie

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.