Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Toxicité systémique de la lidocaïne et de la prilocaïne appliquées sous forme de crème eutectique avant épilation au laser : à propos de 3 cas - 21/08/18

Doi : 10.1016/j.toxac.2018.07.110 
W. Caré 1, , C. Medernach 1, J. Langrand 1, A. Larabi 2, J.C. Alvarez 2, A. Villa 1
1 Centre antipoison et de toxicovigilance, hôpital Fernand-Widal, Paris, France 
2 Laboratoire de toxicologie, hôpital Raymond-Poincaré, Garches, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Les crèmes anesthésiantes à usage cutané issues de mélanges eutectiques de lidocaïne et de prilocaïne à 5 % sont indiquées en cas de procédure dermatologique douloureuse telle que l’épilation au laser. Bien connus chez les enfants [1], les cas d’intoxication par ces crèmes chez les adultes sont rarement décrits.

Description des cas

Nous rapportons les cas de 3 femmes ayant présenté en 2017 un surdosage en lidocaïne et prilocaïne avant épilation au laser. Le centre antipoison avait participé à la gestion des cas et les données avaient été saisies dans le système d’information. Les dosages plasmatiques des anesthésiques avaient été réalisés par chromatographie liquide couplée à un spectromètre de masse en tandem (HPLC-MS/MS). La 1re patiente avait appliqué 55g d’Anesderm® sur une surface estimée à 2068 cm2 et avait présenté une méthémoglobinémie mesurée à 13,9 % (H8). L’évolution était favorable après traitement antidotique par bleu de méthylène. Les concentrations plasmatiques de lidocaïne, de son métabolite (MÊGX) et de la prilocaïne étaient respectivement de 2500, 766 et 707ng/mL (H8). La deuxième patiente avait appliqué 50g d’Êmla® sur une surface estimée à 2068 cm2 et avait présenté des palpitations suivies d’un malaise sans perte de connaissance avec une SaO2 à 92 % (H2). La méthémoglobinémie n’était pas recherchée. L’évolution était favorable après prise en charge symptomatique. Les concentrations plasmatiques de lidocaïne et prilocaïne étaient respectivement de 1028 et 992ng/mL (H4,8). La troisième patiente avait appliqué 140g d’Emla® sur une surface estimée à 4510 cm2 et avait présenté des palpitations, des vertiges et une méthémoglobinémie mesurée à 17,4 % (H7). L’évolution était favorable après prise en charge symptomatique. Les concentrations plasmatiques de lidocaïne, de MÊGX et de prilocaïne étaient respectivement de 2210, 562 et 760ng/mL (H9,3) ; puis de 1880, 524 et 690ng/mL (H11) ; puis de 766, 294 et 193ng/mL (H17,5).

Résultats

Les modalités d’application de la crème (dose et/ou surface d’application) n’étaient pas conformes au résumé des caractéristiques du produit (RCP). Une patiente avait appliqué une dose supérieure à la dose maximale recommandée (60g) et les 3 patientes n’avaient pas respecté la surface maximale d’application recommandée (600 cm2). Ces crèmes anesthésiques contiennent à la fois de la lidocaïne et de la prilocaïne. Les patientes n’avaient pas présenté d’effets neurologiques ou cardiovasculaires habituellement rapportés lors de surdosages en lidocaïne administrée par voie injectable. En revanche, elles avaient présenté une méthémoglobinémie attribuable à la prilocaïne et probablement aussi à la lidocaïne.

Conclusion

Les effets observés pouvaient être expliqués par le dépassement de la surface d’application maximale recommandée dans le RCP. Il conviendrait d’émettre des recommandations plus explicites sur la surface d’application à ne pas dépasser en ciblant les utilisateurs et les prescripteurs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 3

P. 172-173 - septembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Surdosage en valpromide : comment interpréter le dosage plasmatique de l’acide valproïque ?
  • S. Delhumau, G. Le Roux, G. Meyer, A. Touré, M. Brunet, M. Deguigne
| Article suivant Article suivant
  • Dermite flagellaire après consommation de champignons shiitake crus : de nouvelles observations en 2017/18 qui prouvent qu’il vaut mieux informer la population
  • K. von Fabeck, C. Schmitt, B. Domangé, R. Torrents, L. de Haro

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.