Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Comment un selfie peut s’avérer dangereux ! À propos d’une morsure de vipère au visage - 21/08/18

Doi : 10.1016/j.toxac.2018.07.050 
P. Nisse 1, , E. Puskarczyk 2, J. Tison 1, E. Danila 3, M. Mathieu 1
1 Centre antipoison et toxicovigilance de Lille, CHRU de Lille, Lille, France 
2 Centre antipoison et toxicovigilance Grand Est, CHU de Nancy, Nancy, France 
3 Service de réanimation médico-chirurgicale, centre hospitalier de Compiègne, Compiègne, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectif

Les envenimations vipérines sont relativement rares dans les Hauts de France. Leur traitement repose sur une hospitalisation en milieu de réanimation et selon la gravité, l’administration d’une immunothérapie antivenimeuse efficace. Cette dernière pose un problème de disponibilité. Nous rapportons un cas d’envenimation vipérine grave traitée par immunothérapie Viperfav® et d’évolution favorable.

Description du cas

Un homme de 52 ans, en visite dans un zoo du Loir et Cher, ramasse au sol, ce qu’il pense être un jeune orvet. Il le rapproche de son visage pour faire un « selfie » et se fait mordre à la lèvre supérieure. Il va consulter rapidement aux urgences de l’hôpital de proximité d’où il ressort « contre avis médical ». Il reprend la route et va consulter aux urgences de l’hôpital proche de son domicile dans l’Oise. Il présente un œdème important de la face et des lèvres, une effraction cutanée et un hématome au niveau de la lèvre supérieure et sous orbitaire gauche. Le patient est eupnéique, l’hémodynamique est normale et ne présente aucun trouble digestif. En dehors d’une hyperleucocytose à 12 290/mm3, la biologie reste normale. Le diagnostic d’une envenimation de grade IIA est posé. Grâce à la photo du serpent, l’espèce Vipera aspis est confirmée. Dans l’attente de recevoir une dose de Viperfav® qui n’est plus disponible dans cet hôpital depuis le redéploiement des doses sur le territoire français, le patient va bénéficier d’une dose de corticoïdes et d’un aérosol d’adrénaline. La dose de Viperfav® est administrée 12heures après la morsure. Après 48heures de surveillance et la régression des signes cliniques, le patient est transféré dans un service de médecine interne avant qu’il puisse regagner son domicile 2jours plus tard.

Résultats

Du fait de la redistribution des stocks de Viperfav® (instruction du 09 mai 2017) vers les hôpitaux de la moitié sud du territoire français en se basant sur la répartition géographique des différentes espèces de vipères en France (et de la fréquence des envenimations), la non disponibilité d’une immunothérapie spécifique et efficace pour les envenimations par Vipera aspis pose un problème pour la prise en charge de ces patients et pourrait contribuer à une augmentation de la morbimortalité due aux morsures de serpents dans le nord de l’hexagone. Il semble nécessaire de compléter ou de réactualiser les connaissances des professionnels de santé sur les risques potentiels de ces envenimations afin d’optimiser leur prise en charge, même si ces dernières restent peu fréquentes dans nos régions.

Conclusion

Ce cas clinique montre bien la mobilité des patients avant leur prise en charge médicale mais aussi la méconnaissance de la gravité potentielle de ce type d’envenimation par certains professionnels de santé et par voie de conséquence de la nécessité de disposer d’une immunothérapie efficace sur les variétés de vipères « françaises » (Vipera berus, V. aspis et Vipera ammodytes) sur la totalité du territoire sans distinction de zone géographique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 3

P. 178 - septembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Envenimation par ingestion de chenilles processionnaires chez un chien de traîneau
  • M. Kammerer, H. Pouliquen
| Article suivant Article suivant
  • Un agent peut en cacher un autre ! À propos d’un cas d’intoxication par Microcosmus
  • C. Schmitt, S. Antwi, B. Domangé, R. Torrents, N. Simon, L. de Haro

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.