Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Investigation chez le rat de l’interaction pharmacodynamique impliquée dans la dépression respiratoire attribuée à la combinaison diazépam/buprénorphine - 21/08/18

Doi : 10.1016/j.toxac.2018.07.067 
D. Vodovar 1, 2, 3, , L. Chevillard 2, G. Pottier 3, S. Auvity 3, F. Caillé 3, I. Buvat 3, N. Tournier 3, B. Mégarbane 1, 2
1 Fédération de toxicologie, hôpital Lariboisière, Paris, France 
2 Inserm UMRS-1144, Paris-Descartes & Paris-Diderot universités, Paris, France 
3 Service hospitalier Frédéric Joliot, commissariat à l’énergie atomique, Orsay, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

La buprénorphine (BUP), utilisée comme traitement de substitution aux opiacés, possède des effets respiratoires plafonnés qui lui confèrent une meilleure marge de sécurité en cas de surdosage. Pourtant, des intoxications avec dépression respiratoire sévère et des décès ont été attribués à la BUP, principalement en cas de co-ingestion d’une benzodiazépine. Nous avons précédemment montré chez le rat que la combinaison diazépam (DZP)/BUP induit une dépression respiratoire sévère alors que chaque molécule séparément n’en induit pas [1]. L’objectif de cette étude était d’étudier les mécanismes impliqués dans l’interaction DZP/BUP en utilisant 1) l’imagerie par tomographie à émission de positons (TEP) couplée à la BUP radio-marquée (11C-BUP) et 2), l’électromyographie (EMG) diaphragmatique chez le rat.

Méthode

La 11C-BUP était administrée par voie intraveineuse, le DZP (20mg/kg) par voie sous-cutanée et la BUP (30mg/kg) par voie intra-péritonéale. Imagerie TEP : L’acquisition TEP (90min) commençait avec l’injection de la 11C-BUP, 15minutes après l’administration du DZP ou de son véhicule (VEH, n=5/groupe). La radioactivité au cours du temps ainsi que le potentiel de liaison de la 11C-BUP (rapport de la densité totale des récepteurs – Bmax sur la constante de dissociation d’équilibre – KD) ont été modélisées à partir des images obtenues dans différentes régions du cerveau. EMG diaphragmatique : les sondes EMG étaient implantées 7jours avant l’expérimentation. Le tracé EMG était enregistré pendant 240minutes chez des rats recevant VEH/VEH, DZP/VEH, VEH/BUP ou DZP/BUP (n=6/groupe). Après traitement du signal, les aires sous la courbe des premières 60minutes d’acquisition de la contraction du travail diaphragmatique ont été calculées.

Résultats

Les courbes de radioactivité au cours du temps comme le potentiel de liaison de la 11C-BUP n’étaient pas significativement différents en présence ou en l’absence de DZP, quelle que soit la région cérébrale étudiée. La contraction du diaphragme était significativement augmentée dans le groupe VEH/BUP par rapport au groupe DZP/BUP (p<0,05). Le travail diaphragmatique était significativement augmenté dans le groupe VEH/BUP par rapport au groupe DZP/VEH et au groupe DZP/BUP (p<0,05 et p<0,01 respectivement).

Conclusion

Ces résultats montrent que le DZP n’affecte ni le transport de la BUP à travers la barrière hémato-encéphalique ni la densité/affinité des récepteurs cérébraux de la BUP. À l’inverse, la BUP induit une augmentation de la contraction et du travail diaphragmatique qui est inhibée en présence de DZP. Ces données suggèrent fortement que la dépression respiratoire induite par la combinaison DZP/BUP est de mécanisme pharmacodynamique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 3

P. 184-185 - septembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Surveillance biologique de l’exposition professionnelle (SBEP) aux médicaments anticancéreux au sein d’un hôpital Mauritanien
  • A. Villa, M. Mohamedou, F. Pillière, C. Verdun-Esquer, M. Molimard, M. Sidatt Cheikh El Moustaph, M. Canal-Raffin
| Article suivant Article suivant
  • NPS dans la salive de conducteurs belges et français en 2016 et 2017
  • M. Nachon-Phanithavong, Y. Bouarouro, E. Roland, C. Richeval, V. Di Fazio, J.-F. Wiart, L. Humbert, N. Samyn, D. Allorge, S.M.R. Wille, J.-M. Gaulier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.