Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Erreurs médicamenteuses rapportées aux CAPTV/CRPV de la région Auvergne-Rhône-Alpes (AURA) : étude descriptive - 21/08/18

Doi : 10.1016/j.toxac.2018.07.073 
N. Paret 1, , J.-M. Sapori 1, M. Zenut 2, M. Lepelley 3, M. Roy 4, T. Vial 1, P. Rascle 5, G. Grenet 1, B. Kassai 1, A.-M. Patat 1
1 CAPTV-CRPV, hospices Civils de Lyon, Lyon, France 
2 CRPV, CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France 
3 CRPV, CHU de Grenoble, Grenoble, France 
4 CRPV, CHU de Saint-Etienne, Saint-Etienne, France 
5 Pharmacie à usage intérieur du groupement hospitalier Est des hospices Civils de Lyon, Lyon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Le CAPTV de Lyon et les quatre CRPV de la région AURA sont directement impliqués dans le recueil et la gestion d’erreurs médicamenteuses (EM). Afin de mieux caractériser ces EM et de pouvoir proposer à terme des pistes pour les corriger et les prévenir, nous avons mené une étude prospective collaborative en lien avec l’OMEDIT (Observatoire des médicaments, des dispositifs médicaux et des innovations thérapeutiques) Rhône-Alpes en janvier et février 2017.

Méthode

Les informations concernant les cas d’EM reçus au CAPTV ou par les CRPV ont été colligées sur un questionnaire standardisé puis informatisées à l’aide du logiciel Clinsight.

Résultats

Cinq cent quatre-vingt-un appels/signalements (537 au CAPTV, 44 aux CRPV) ont concerné 584 patients (662 EM) dont 35,8 % d’enfants d’âge inférieur ou égal à 6 ans et 19,2 % de patients d’âge supérieur ou égal à 65 ans. Les EM survenaient pour 71,6 % au domicile, 14 % dans le secteur médico-social (76,8 % dans des foyers spécialisés et 18,3 % dans des EHPAD), 6,8 % dans des établissements de santé, très peu dans les collectivités ou le secteur libéral. La personne à l’origine de l’EM est majoritairement le patient ou son entourage (75,2 %), un infirmier (9,1 %), un éducateur (4,3 %) ou un médecin (4,1 %). Les éducateurs sont à l’origine de 29,3 % des EM survenues en secteur médico-social. Sur les 662 EM enregistrées, la nature de l’EM est une erreur de dose (36,3 %), une erreur de médicament (35,6 %), une erreur de modalités d’administration (9,1 %) ou de patients (7,9 %), ces dernières étant survenues pour 73,1 % des cas en secteur médico-social. La cause principale retenue est une erreur d’administration (64,6 %) qui survient au domicile dans 71,3 % des cas et en lien avec des erreurs de comportement/inattention (35,7 %) et/ou de similitude entre médicaments (22,8 %). Les médicaments les plus concernés sont ceux du système nerveux central (34,2 %), en particulier les analgésiques (paracétamol dans 74 % des cas), les antiépileptiques et les neuroleptiques, ceux du système cardio-vasculaire (8,5 %), les médicaments du système respiratoire (8,5 %) et les anti-infectieux à usage systémique (7,4 %). La très grande majorité des EM est restée sans conséquence (64,2 %) ou sans gravité (23,8 %). Vingt-six cas graves (4,5 %) ont été enregistrés avec 2 décès dans un contexte d’administration d’insuline et de morphine.

Conclusion

Cette étude réalisée à l’aide d’un questionnaire très détaillé a permis de recueillir un nombre conséquent d’EM d’origine variée et de les caractériser dans leur globalité. Elle permet d’envisager de nombreuses pistes d’action/prévention notamment dans le secteur médico-social (personnel non médical) ou en ville (similitude entre médicaments). Elle confirme aussi la gravité potentielle de certaines erreurs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 3

P. 187-188 - septembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Toxicité cardiaque du paracétamol ?
  • G. Grenet, N. Vertongen, P. Nony, T. Vial, B. Kassaï, N. Paret, A.-M. Patat, C. Carcel
| Article suivant Article suivant
  • Index

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.