Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Hydrocéphalie chronique de l'adulte - 12/10/18

[17-154-B-10]  - Doi : 10.1016/S0246-0378(18)58208-7 
A. Leblanc, MD a, b, L. Simoni a, P.-A. Villette c, J. Ognard, MD PhD d, e, E. Magro, MD PhD c, e,
a Service de neurologie, Hôpital de la Cavale Blanche, CHU de Brest, Boulevard Tanguy-Prigent, 29200 Brest, France 
b Service de neurologie, HIA Clermont-Tonnerre, rue Colonel-Fonferrier, 29240 Brest, France 
c Service de neurochirurgie, CHU de Brest, France 
d Service de radiologie, CHU de Brest, France 
e LaTIM-Inserm UMR 1101, Université de Bretagne Occidentale, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 17
Iconographies 11
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

L'hydrocéphalie chronique de l'adulte idiopathique (HCAi) est définie par une triade clinique composée de troubles de la marche, de troubles cognitifs et de troubles urinaires, associée à une dilatation quadriventriculaire visualisée sur l'imagerie cérébrale. Elle concerne généralement des individus de plus de 65 ans, et la prévalence estimée en France se situe entre 1,3 et 2,2 par million d'habitants. L'absence de critères diagnostiques validés rend le diagnostic positif difficile. Celui-ci devrait s'appuyer systématiquement sur l'analyse de données radiocliniques. L'analyse clinique devrait idéalement comporter des tests de marche validés et reproductibles, un bilan neuropsychologique et une évaluation des troubles urinaires. La réalisation de ponctions lombaires (PL) soustractives est un élément indispensable au diagnostic positif, et doit être suivie de la répétition de l'analyse clinique sus-décrite. L'imagerie est indissociable de la clinique afin d'avancer dans le diagnostic positif d'HCAi et repose principalement sur l'imagerie par résonance magnétique (IRM) cérébrale comportant notamment des séquences dédiées à l'analyse du liquide cérébrospinal (LCS). L'IRM cérébrale a pour objectif d'éliminer des causes d'HCA secondaires. Le traitement repose essentiellement sur la dérivation chirurgicale du LCS. Toutes techniques confondues, le taux de complications n'est pas négligeable et la réponse clinique semble s'atténuer dans le temps. La sélection des patients pouvant bénéficier d'une dérivation chirurgicale apparaît ainsi comme l'élément clé de la balance bénéfice/risque. De plus, d'autres pathologies notamment vasculaires peuvent être associées à l'HCAi et de nombreux diagnostics différentiels, au premier rang desquels certaines maladies neurodégénératives, sont rapportés. Ces éléments pourraient en partie expliquer la variabilité des réponses thérapeutiques décrites dans la littérature. Pour toutes ces raisons, une collaboration entre neurologues et neurochirurgiens paraît intéressante afin de ne pas méconnaître les diagnostics différentiels et cibler les patients qui bénéficieront le plus de la chirurgie de dérivation du LCS.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Hydrocéphalie chronique de l'adulte, Idiopathique, Hydrocéphalie à pression normale, Triade d'Adams-Hakim


Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Hémorragies sous-arachnoïdiennes non traumatiques
  • S. Curey-Lévêque, M. Gilles-Baray, O. Ozkul-Wermester, P. Fréger, F. Proust
| Article suivant Article suivant
  • Méningites aiguës
  • J.-P. Stahl

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.