Médecine

Paramédical

Autres domaines


Thromboses aortiques « isolées » : analyse rétrospective de 10 observations - 20/03/08

Doi : JMV-12-2005-30-5-0398-0499-101019-200516346 

S. Blaise [1],

H. Appeltants [1],

C. Seinturier [1],

B. Imbert [1],

F. Thony [2],

P.H. Carpentier [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Thromboses aortiques « isolées » : analyse rétrospective de 10 observations

Introduction

Les thromboses aortiques sont le plus souvent liées à la présence de lésions athéromateuses au sein de la paroi aortique chez des patients avec des facteurs de risques cardio-vasculaires. De rares cas surviennent sur artère saine et sont alors considérés comme « isolés ».

Méthodologie

Nous présentons une analyse rétrospective de dix cas de thromboses aortiques isolées observées entre 1995 et 2004 au CHU de Grenoble. Nous avons analysé l'âge de survenue de la thrombose, le sexe des patients, les facteurs de risque cardio-vasculaire, le mode de révélation de la thrombose aortique, la localisation anatomique du thrombus et les éléments du bilan étiologique effectué. Étaient exclus tous les patients avec des lésions athéromateuses de l'aorte.

Résultats

Le mode de révélation clinique de la thrombose était une ischémie aiguë de membre dans 8 cas sur 10. Le diagnostic était confirmé dans tous les cas par un scanner thoraco-abdominal injecté, excepté un cas où l'écho-Doppler artériel a permis le diagnostic initial. Dans 7 cas, la recherche d'une thombophilie pouvait être considérée comme exhaustive, dans 8 cas avec la recherche d'un syndrome des anticorps anti-phospholipides.

Deux diagnostics étiologiques ont pu être posés : le premier cas révélait lors de la thrombose aortique une néoplasie de type adénocarcinome sans primitif retrouvé, et le deuxième était une thrombocytémie essentielle diagnostiquée un an après la thrombose. Huit cas sur 10 sont restés « isolés », avec un suivi moyen de 2,5 ans.

Discussion

On dénombre dans la littérature moins d'une centaine d'observations de thrombus aortiques. Les cas survenant sur artère saine sont difficiles à dénombrer et le terme de thrombus « isolé » est peut-être employé par défaut. L'hypothèse d'une lésion athéromateuse focale isolée induisant un thrombus, ou des pathologies inflammatoires diagnostiquées sur l'examen anatomopathologique du thrombus l'illustrent. Les explorations morphologiques et biologiques doivent être exhaustives, même si elles ne suffisent pas dans la plupart des cas à poser un diagnostic. La thérapeutique fait appel aux anticoagulants mais n'est pas codifiée. Le suivi clinique nous apparaît comme capital devant la possible révélation de pathologies postérieurement à la survenue de la thrombose, et afin d'affiner la conduite à tenir notamment en ce qui concerne les anti-coagulants au long cours. (J Mal Vasc 2005 ; 30 : 280-90)

Abstract

“Isolated” thrombi of the aorta: retrospective study of 10 observations

Introduction

Thrombi of the aorta are mostly linked to atheromatous plaques on the aortic wall of patients with classical risk factors for cardiovascular disease. The thrombus rarely appears on sound arteries and in this case is called “isolated”.

Methods

We present a retrospective study of ten patients with “isolated” thrombi of the aorta treated between 1995 and 2004 at the Hospital of Grenoble. The following parameters were considered in this analysis: age of the patient when the thrombosis appeared, gender, cardiovascular risk factors, revealing mode of the thrombus, its anatomic location, biological and morphological exploration results and the treatment performed. Patients with atheromatous plaques on the aortic wall were excluded.

Results

In eight out of ten cases the clinical presentation of the aortic thrombus is an acute ischemia of a limb. In all of the cases the diagnosis was confirmed by an injected thoraco-abdominal scan apart from one case where the primary diagnosis was made using an arterial echo-Doppler. The search for the thrombophilia can be considered to have been exhaustive in seven cases. For the search of an anti-phospholipid antibody syndrome this has been achieved in eight cases. Two etiologic diagnoses could be placed. The first one revealed during the aortic thrombosis a neoplasia of adenocarcinomic type without any primary identified. The second case was an essential thrombocythemia diagnosed one year after the thrombosis. The eight other cases remained “isolated” after an average 2.5 years follow-up.

Discussion

Less than one hundred cases of aortic thromboses could be identified in the literature. The cases developing on a sound artery are difficult to quantify and the word “isolated” thrombus may be sometimes used by default. The hypothesis of an isolated focal atheromatous plaque or of inflammatory pathologies inducing a thrombus can be an example. The biological and morphological explorations have to be exhaustive even if in most of the cases they are not sufficient for the diagnosis. Therapy calls for anti-coagulation but is not standardized. The clinical follow-up appears to be essential since pathological conditions can possibly develop after the event of the thrombosis. It also enables refinement of the actions to be taken especially regarding long-term use of anticoagulants. (J Mal Vasc 2005; 30: 280-90)


Mots clés : Ischémie aiguë , Thrombose artérielle , Aorte , Syndrome des antiphospholipides

Keywords: Acute ischemia , Arterial thrombosis , Aorta , Antiphospholipid syndrome


Plan



© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 5

P. 280-290 - décembre 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les antithrombotiques dans la prévention des accidents ischémiques cérébraux
  • M. G. Bousser
| Article suivant Article suivant
  • Angioplastie fémorale superficielle : résultats à long terme, facteurs initiaux de bon pronostic
  • P. Lapeine, P. Chabrot, T. Chahid, A. Ravel, J.Y. Boire, J.M. Garcier, L. Boyer

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.