Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pharmacosurveillance des antalgiques opioïdes : une étude pharmaco-épidémiologique à partir des bases de données de l’Assurance maladie avec l’indicateur doctor shopping - 04/11/18

Doi : 10.1016/j.therap.2018.09.002 
Camille Ponté 1, Marion Lepelley 2, Elisabeth Frauger 3, Michel Mallaret 2, Maryse Lapeyre-Mestre 1, Vincent Pradel 4, Joëlle Micallef 3,
1 Centre d’addictovigilance-CEIP, service de pharmacologie médicale et clinique, CHU de Toulouse, CIC 1436, UMR 1027 Inserm, université Paul-Sabatier Toulouse III, Toulouse, France 
2 Centre d’addictovigilance-CEIP, CHU de Grenoble, Grenoble, France 
3 Centre d’addictovigilance-CEIP PACA-Corse, service de pharmacologie médicale et clinique, Aix-Marseille université, institut de neurosciences des systèmes, Inserm, UMR 1106, 13385 Marseille cedex, France 
4 Centre d’évaluation et d’information de la pharmacodépendance-addictovigilance PACA-Corse, centre associé, hôpital Sainte-Marguerite, laboratoire de santé publique, faculté de médecine, EA 3279, Marseille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’abus des médicaments opioïdes est décrit depuis plusieurs années sur le continent Nord-Américain. En France, l’usage de ces médicaments a augmenté de façon croissante, pouvant suggérer, en partie, un potentiel mésusage et/ou abus. Afin de l’évaluer, nous avons mené une étude pharmaco-épidémiologique sur l’abus des analgésiques opioïdes, en comparaison des benzodiazépines (BZD), en utilisant l’indicateur du doctor shopping (IDS), en prenant également en compte leurs caractéristiques pharmacologiques (dosage, formulation galénique, forme immédiate ou prolongée).

Méthodes

À partir des données de l’Assurance maladie couvrant 11,7 millions de bénéficiaires, tous les sujets recevant au moins un remboursement d’analgésiques opioïdes (niveau faible, moyen, fort) ou BZD (et BZD-like) en 2013 ont été inclus. L’IDS est le % de chaque molécule obtenue par le recours à plusieurs ordonnances (notion de chevauchement) par des médecins différents sur la quantité totale remboursée. Un DSI supérieur ou égal à 1 % est le seuil validé, proxy d’un abus [1].

Résultats

Les opioïdes fort ont le DSI le plus élevé (DSI=2,79 %) versus 2,06 % pour les BZD hypnotiques. Le flunitrazépam est le premier avec un DSI (13,2 %), suivi par la morphine (4 %) et le zolpidem (2,2 %). Les 3 opioïdes fort ayant le DSI le plus élevé sont la morphine, l’oxycodone et le fentanyl (respectivement 4 %, 1,7 % et 1,5 %). Le DSI le plus haut est observé avec le dosage le plus important de la morphine (DSI=8,4 % pour 200mg), de l’oxycodone (DSI=2,8 % pour 80mg). Le DSI du fentanyl est le plus haut avec les formes nasale et transmuqueuse (4,1 % et 3,3 % respectivement). Pour les formulations de morphine, le DSI le plus haut est pour la forme à libération prolongée (4,1 %).

Conclusion

Sans atteindre la situation problématique nord-américaine, ces données (et notamment celles sur la morphine, l’oxycodone et le fentanyl) associées à la synthèse globale et intégrée du Réseau français d’addictovigilance confirment l’urgence à améliorer la formation et l’information de l’ensemble des professionnels de santé, des usagers, des patients sur ces produits, d’améliorer la prise en charge de la douleur et l’identification des troubles de l’usage des substances [1].

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 73 - N° 6

P. 567 - décembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Addictovigilance dans les départements d’Outre-Mer
  • Amélie Daveluy, Joëlle Perri-Plandé, Marie Baumevieille, Alexandre Peyré, Ghada Miremont-Salamé
| Article suivant Article suivant
  • Antalgiques stupéfiants ordonnances sécurisées (ASOS): évolution des prescriptions des antalgiques opioïdes en fonction des indications (2007–2017)
  • Joelle Perri-Plandé, Mathieu Deschamps, Marie Baumevieille, Marie Gérardin, Véronique Pizzoglio, Nathalie Fouilhe Sam-Lai, Liselotte Pochard, Florence Fabre, Stéphanie Pain, Anne Batisse, Anais Serre, Christine Fournier-Choma, Reynald Le Boisselier, Anne-Sylvie Caous, Jean-Pierre Kahn, Ghada Miremont-Salamé, Amélie Daveluy, French Addictovigilance Network (FAN)

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.