Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Panorama des travaux d’addictovigilance menées grâce aux bases de données médico-administratives - 04/11/18

Doi : 10.1016/j.therap.2018.09.015 
Mathilde Dupui 1, Maryse Lapeyre-Mestre 1, , Joelle Micallef 2
1 Centre d’addictovigilance-CEIP de Toulouse, 37, allées Jules-Guesde, 31000 Toulouse, France 
2 Centre d’addictovigilance-CEIP PACA-Corse, Marseille, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’évaluation du potentiel d’abus et de dépendance des substances psychoactives repose sur la réalisation d’enquêtes nationales et l’analyses de notifications spontanées des professionnels de santé par les centres d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance et l’addictovigilance (CEIP-A). Ces outils sont complétés par les informations des bases de données médico-administratives depuis leur mise à disposition. En 2004, un article illustrait l’apport de cette nouvelle source de données et les perspectives attendues [1]. L’objectif de ce travail est d’actualiser cet apport.

Méthodes

Une revue de la littérature a été réalisée à partir de Pubmed® en intégrant les requêtes « addictovigilance », « health insurance system », « SNIIRAM » et « PMSI » pour rassembler les travaux publiés dans le domaine de l’addictovigilance entre 2004 et 2018.

Résultats

Au total, 43 publications ont été identifiées sur la période ciblée. En moyenne, 3 études sont publiées par an par le réseau addictovigilance, dont 2 en 2004 et 5 en 2017. L’année la plus fructueuse ayant été l’année 2016, avec un total de 7 publications.

Les études sont essentiellement de quatre types : la plupart portent sur la description d’utilisation des substances psychoactives, soit 31 articles, dont 13 portaient sur le mésusage et 9 sur le comportement de doctor shopping. Les études portent ensuite sur l’identification de complications dans le PMSI (5 articles) ou sur les associations entre effet et exposition à une substance psychoactive via les études de cohorte ou les études cas/témoins (3 articles). Enfin, 4 articles présentent des points de méthodologie en addictovigilance.

Les substances les plus étudiées sont, en premier, la buprénorphine et le méthylphénidate avec 5 publications respectives puis, les benzodiazépines et la méthadone avec quatre publications.

Discussion

La publication croissante d’études pharmaco-épidémiologiques en addictovigilance souligne l’intérêt des données médico-administratives dans la mission des CEIP-A. La diversité des études publiées montre également la richesse des possibilités qu’elle offre en addictovigilance pour mieux caractériser l’utilisation en vie réelle des substances psychoactives à risque d’abus.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 73 - N° 6

P. 573-574 - décembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Ordonnances suspectes : avant/après le 12 juillet 2017
  • Emilie Jouanjus, Maryse Lapeyre-Mestre, le Réseau français d’addictovigilance
| Article suivant Article suivant
  • Patients addicts et pharmacodépendance : quels mésusages ? Quel accompagnement ?
  • Claire Peloso, Adeline Grégoire, Thibaut Josse, Adélaïde Coeffec, Catherine Caron, Pierre Poloméni

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.