Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Consommation de substances psychoactives : un état des lieux au sein des étudiants de la cohorte i-Share - 04/11/18

Doi : 10.1016/j.therap.2018.09.019 
Justine Perino 1, , Louis Letinier 2, Clément Mathieu 2, 3, Annie Fourrier-Réglat 2, Ghada Miremont 1, 2, Sarah Qchiqach 4, Christophe Tzourio 2, 4, Amélie Daveluy 1, 2
1 CHU de Bordeaux, centre d’addictovigilance-CEIP de Bordeaux, service de pharmacologie médicale, hôpital Pellegrin, 33076 Bordeaux cedex, France 
2 Université de Bordeaux, Inserm, Bordeaux population health research center, team, pharmacoepidemiology, UMR 1219, Bordeaux, France 
3 DRUGS-SAFE national platform of pharmacoepidemiology, Bordeaux, France 
4 Team HEALTHY, Bordeaux population health research center, university of Bordeaux, Inserm, UMR 1219, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les données épidémiologiques sur la consommation de substances psychoactives (SPA) en France concernent majoritairement les adolescents et la population générale. Cette étude décrit les consommations de SPA dans une large cohorte étudiante.

Méthode

La population d’étude comprenait les étudiants inclus dans la cohorte i-Share (grande étude sur la santé des étudiants) entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2017, les informations étaient extraites exclusivement du questionnaire d’inclusion. La consommation de SPA (cannabis, amphétamines, ecstasy, cocaïne, protoxyde d’azote et poppers) a été décrite. Pour chacune de ces substances, leurs modes de consommation et les substances associées (tabac, alcool, LSD, crack, héroïne, champignons hallucinogènes, kétamine, GHB) ont également été décrits ainsi que les couples de substances poly-consommées (usage non expérimental d’au moins deux SPA).

Résultats

Au total, 10 066 étudiants ont été inclus dans l’analyse, 75 % étaient des femmes et l’âge moyen était de 21 ans et 63,0 % d’entre eux avaient un baccalauréat scientifique. Parmi eux 61,5 % avaient déjà consommé une SPA. Le cannabis était la substance la plus consommée avec 53,4 % de consommateurs au cours de la vie et 33,5 % la dernière année suivi par le protoxyde d’azote et les poppers avec 24,1 % de consommateurs au cours de la vie. Une consommation expérimentale était déclarée par 52,8 % des consommateurs de cannabis et ce taux s’élevait à 55,0 % parmi les consommateurs d’amphétamines. Au sein de la cohorte, 12,3 % des étudiants était poly-consommateurs ; l’association poppers et protoxyde d’azote concernait 64,7 % des poly-consommateurs. Les consommateurs de SPA étaient plus concernés par le binge drinking que les consommateurs de tabac et d’alcool uniquement et étaient plus souvent des fumeurs actifs. Les consommateurs de SPA consommaient également des substances hallucinogènes avec dans l’ordre décroissant : champignons hallucinogènes, LSD et kétamine.

Discussion

Cette étude décrit les consommations de SPA chez les étudiants dans une large cohorte. L’importance de consommation du protoxyde d’azote et de la kétamine montre la nécessité de prendre en compte ces substances dans les rapports nationaux et européens sur la consommation de SPA.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 73 - N° 6

P. 575 - décembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Modalités de prise en charge de sevrage aux benzodiazépines : intérêt du prazépam
  • Elisabeth Frauger, Sophie Hédoire, Adeline Giocanti, Marion Zami, Michel Spadari, Alain Ribaute, Liselotte Pochard, Roselyne Preaud, Christophe Cutarella, Nicole Hugon, Joelle Micallef
| Article suivant Article suivant
  • Alcool et drogues à l’université de Caen Normandie (ADUC) : une contribution utile pour l’addictovigilance sur la population estudiantine
  • Léa Hamel-Sénécal, Basile Chrétien, Nicolas Cabé, Ludivine Ritz, Jesica Mange, Cécile Sénemeaud, Pascale Leconte, Alexandre Bazire, Jean Baptiste Marchand, Maryse Delaunay-El Allam, Denis Jacquet, Virginie Bagneux, Hélène Beaunieux, R. Le Boisselier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.