Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pratiques de prescription des antipsychotiques à l’hôpital psychiatrique de Nancy, France - 04/11/18

Doi : 10.1016/j.therap.2018.09.026 
Juliana Tournebize 1, 2, , Valérie Gibaja 1, 2, Daniela Dobre 3, Jean-Pierre Kahn 1, 2, 4, 5
1 Centre d’addictovigilance-CEIP, hôpital Central, pavillon Bruillatre-Balbatre, 29, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, CO 60034, 54035 Nancy cedex, France 
2 French Addictovigilance Network (FAN) 
3 Département d’information médicale, centre psychothérapique de Nancy, Laxou, France 
4 Centre psychothérapique de Nancy (CPN), Laxou, France 
5 Université de Lorraine, Nancy, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La prescription d’antipsychotiques (AP), en particulier de seconde génération (APSG), a considérablement augmenté ces dernières années. Malgré les guidelines recommandant l’utilisation des APSG, préférentiellement en monothérapie, la littérature scientifique disponible révèle une utilisation fréquente des AP de première génération (APPG) et l’utilisation des AP à des doses inférieures aux doses recommandées. Très peu de données existent concernant les pratiques de prescription des AP en conditions réelles d’utilisation. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’utilisation des AP dans le traitement des troubles psychotiques au centre psychothérapique de Nancy (CPN) et de les comparer aux recommandations existantes.

Méthode

Une étude rétrospective a été menée en utilisant la base PMSI du CPN du 01/01/2015 au 31/12/2015. Seuls les patients avec un diagnostic de troubles psychotiques et avec au moins une prescription d’AP ont été inclus.

Résultats

Deux cent quatre dossiers ont été analysés : 92 patients hospitalisés et 112 patients suivis en ambulatoire. La majorité des patients étaient des hommes (65 %, 45,7±15,3 ans). Chez les patients hospitalisés, les APPG (59 %) étaient les plus prescrits et 63 % des sujets étaient traités avec des AP en association avec d’autres dépresseurs centraux. L’association de plusieurs AP était présente dans 67 % des ordonnances (bithérapie 59 % et trithérapie 8 %). Alors que la majorité des patients suivis en ambulatoire (56 %) aient reçu au moins un APSG, 27 % ont reçu plus d’un AP (bithérapie 25 % et trithérapie 2 %) et 63 % des patients étaient aussi traités avec des dépresseurs centraux, en plus des AP. L’utilisation d’AP à des doses inférieures à celles recommandées a également été observé chez les patients hospitalisés (23 %) et les patients suivis en ambulatoire (29 %).

Discussion

Les résultats de cette étude montrent que les pratiques réelles de prescription d’AP diffèrent de celles préconisées par les recommandations. En particulier, les AP sont fréquemment prescrits en association avec un respect de la monothérapie dans seulement une ordonnance sur deux. Par ailleurs, la prescription de doses inférieures aux recommandations pour la prise en charge des troubles psychotiques est fréquente.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 73 - N° 6

P. 579 - décembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évolution de l’offre de médicaments stupéfiants en médecine ambulatoire en France : aspects réglementaires et stratégies de mise sur le marché (2003–2017)
  • Marie Baumevieille, Joelle Perri-Plande, Ghada Mirement-Salamé, Amélie Daveluy
| Article suivant Article suivant
  • Venlafaxine : la bébé ecstasy ? À propos de cas rapportés à 2 centres d’addictovigilance
  • Basile Chrétien, Léa Hamel-Sénécal, Valentin Philippe, Véronique Lelong-Boulouard, Joëlle Micallef, Reynald Le Boisselier, French AddictoVigilance Network (FAN)

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.