Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Projet Musitox® : consommation de substances psychoactives lors d’un festival de musique en Aquitaine en 2017 - 04/11/18

Doi : 10.1016/j.therap.2018.09.032 
Amélie Daveluy 1, , Lise Capaldo 2, Camille Richeval 3, Sophie Regueme 4, Coralie Bragança 2, Arnaud Courtois 2, 5, Julien Partrat 6, Karine Titier 7, Nadège Castaing 7, Ghada Miremont-Salamé 1, Delphine Allorge 2, Jean-Michel Gaulier 2, Magali Labadie 2
1 Centre d’addictovigilance-CEIP de Bordeaux, hôpital Pellegrin, CHU de Bordeaux, département de pharmacologie, 33076 Bordeaux cedex, France 
2 Centre antipoison de Nouvelle-Aquitaine, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France 
3 Unité fonctionnelle de toxicologie, CHU de Lille, Lille, France 
4 Département promotion interne, direction de la recherche clinique, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France 
5 Unité de recherche œnologie, institut des sciences de la vigne et du vin, université de bordeaux, Villenave-d’Ornon, France 
6 Service des urgences, SMUR, centre hospitalier général, Agen, France 
7 Laboratoire de pharmaco-toxicologie, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectif

Les intoxications par les substances psychoactives (SPA) sont nombreuses en Europe, notamment dans les festivals de musique, et peuvent être responsables de décès pour lesquels les centres antipoison et d’addictovigilance sont régulièrement sollicités. Les objectifs de cette étude sont de déterminer les molécules circulant dans ces événements festifs, en particulier les nouvelles substances psychoactives (NSP), avec analyses à l’appui, et de décrire les tableaux cliniques les plus graves pour améliorer la prise en charge ultérieure (ClinicalTrials.gov ID : NCT03203213).

Méthode

Était inclus tout patient majeur admis au poste médical avancé (PMA) du festival Garorock de Marmande (30 juin–2 juillet 2017) avec des troubles neurologiques et/ou du comportement :

– présentant une agitation à l’admission ou pendant la surveillance au PMA et qui dira (ou son entourage) avoir consommé des SPA ou qui sera dans l’incapacité de dire qu’il a pris une SPA et pour lequel aucune autre étiologie n’est évidente ;

– pour lequel la gravité du cas nécessite une admission aux urgences ou en réanimation, que le médecin ait connaissance ou non d’une prise de SPA (et en l’absence d’une autre étiologie évidente) ;

– si le médecin du PMA considère qu’une analyse toxicologique est nécessaire pour la suite de la prise en charge.

Chaque patient bénéficiait d’un examen clinique, d’un prélèvement sanguin sur buvard (dried blood spot ou DBS) et capillaire, ainsi que des soins adaptés.

Résultats

Vingt-cinq patients (13 femmes, 12 hommes) de 18 à 30 ans ont été inclus, 25 DBS analysés, et 24 prélèvements de cheveux analysés. Quatorze (93 %) indiquaient qu’ils avaient pris des SPA. Les signes observés étaient neurologiques (mydriase [71 % – 17], troubles de la conscience [88 % – 22], hyper- ou hypotonie [respectivement 40 % – 6 et 47 % – 7], agitation [44 % – 11], mouvements anormaux [36 % – 9]), cardiovasculaires (tachycardie 46 % – 11), respiratoires (polypnée 55 % – 6), ou autres (hypoglycémie 4 % – 1, fièvre 7 % – 1) et 16 % (4) ont été hospitalisés. L’évolution a été favorable pour tous. Les substances avouées consommées (23 patients) étaient : « cristal », ecstasy, « MD », MDMA, champignons et cannabis, parfois associés. Dans les DBS étaient retrouvés de l’ecstasy (surtout MDMA), du THC, de la cocaïne et leurs métabolites, du paracétamol, de l’hydroxyzine, de la chloroquine, du lévamisole, de la quinine, de la quinidine, et de la cétirizine. Les mêmes substances ont été décelées dans les cheveux mais également de la MDEA, du MDMB-CHMICA, de la doxylamine, de l’oxomémazine et de la codéine.

Conclusion

L’étude a permis de décrire précisément les tableaux cliniques. Aucun NPS n’a été retrouvé dans le sang, mais certains d’entre eux ont des concentrations sanguines circulantes tellement faibles qu’elles ont pu échapper à la détection dans les DBS. Cependant, une personne était consommatrice de NPS, puisque des cannabinoïdes de synthèse ont été identifiés dans les cheveux.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 73 - N° 6

P. 582 - décembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Analyses capillaires au décours des intoxications par les nouveaux produits de synthèse
  • Camille Richeval, Jean-François Wiart, Mélodie Phanithavong, Anne-Sylvie Caous, Louise Carton, Sylvie Deheul, Luc Humbert, Juliana Tournebize, Pauline Kieffer, Delphine Allorge, Jean-Michel Gaulier
| Article suivant Article suivant
  • Algie vasculaire de la face chez des usagers de drogues
  • Camille Ponté, Aurélie Giron, Marie Crequy, Maryse Lapeyre-Mestre, Nelly Fabre, Juliette Salles

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.