Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Cocaïne et grossesse : état des lieux des notifications spontanées au Réseau français des centres d’addictovigilance de 2010 à 2017 - 04/11/18

Doi : 10.1016/j.therap.2018.09.043 
Robin Charreteur 1, Céline Eiden 1, , Anaïs Serre 1, Marc Vincent 1, Anne Batisse 2, Caroline Victorri-Vigneau 3, Amélie Daveluy 4, Basile Chretien 5, Hélène Peyrière 1
1 Centre d’addictovigilance-CEIP Occitanie-Est, hôpital Lapeyronie, département de pharmacologie médicale et toxicologie, 191,avenue du Doyen-Gaston-Giraud, 34295 Montpellier cedex 5, France 
2 Centre d’addictovigilance-CEIP, Paris, France 
3 Centre d’addictovigilance-CEIP, Nantes, France 
4 Centre d’addictovigilance-CEIP, Bordeaux, France 
5 Centre d’addictovigilance-CEIP, Caen, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Une enquête nationale d’addictovigilance sur la cocaïne a montré une augmentation du nombre de complications graves et d’hospitalisations en lien avec la consommation de cocaïne/crack entre 2010 et 2017. Un focus des données concernant les femmes enceintes (FE) et leurs nouveau-nés a été réalisé en complément.

Méthodes

Analyse des notifications spontanées concernant l’usage de cocaïne pendant la grossesse et ses conséquences sur les nouveau-nés. Ces données sont issues du Réseau d’addictovigilance entre 2010 et 2017.

Résultats

Un total de 18 femmes enceintes (FE) [âge moyen : 31 ans] a fait l’objet d’une déclaration dont 14 avec un critère de gravité. Treize FE avaient un antécédent de toxicomanie et 10 FE un antécédent de traitement substitutif aux opiacés. Cinq FE ont déclaré consommer au moins 2 substances psychoactives (SPA) dont la cocaïne, et sept FE entre 3 et 4 SPA. Neuf FE se considéraient comme usagère régulière de cocaïne. Cinq FE ont déclaré consommer la cocaïne sous forme de poudre, 5 FE sous forme de crack/free-base, 1 sous les 2 formes (forme non précisée dans 7 cas). Une FE a déclaré une administration par voie intraveineuse, 8 par voie intranasale et 7 par voie inhalée.

Les complications décrites en lien avec la prise de cocaïne étaient une complication obstétricale (7 FE, 6 syndromes de sevrage du nouveau-né et un cas de malformation), une pharmacodépendance (5 FE), une complication psychique (3 FE), une perforation de la cloison nasale (1 FE), un trouble du rythme, un syndrome de détresse respiratoire et un malaise.

Discussion

Peu d’études sont disponibles sur la consommation de SPA chez la FE en France [1] et en Europe [2]. Aux États-Unis, 750 000 FE et naissances ont été estimés exposés à la cocaïne [3]. Compte tenu des risques liés à l’usage de cocaïne pendant la grossesse, une sous-déclaration des cas semble évidente, certainement liée à la non-mention de l’usage par la FE aux professionnels de santé. Ces premières données doivent encourager le dialogue entre les soignants et les FE sans les culpabiliser et relancer une sensibilisation vis-à-vis de la déclaration pour mieux appréhender les conséquences sanitaires en lien.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 73 - N° 6

P. 587 - décembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Décès par rupture d’un pochon de cocaïne : à propos d’un cas
  • Anne-Laure Pélissier-Alicot, Caroline Sastre, Valérie Baillif-Couniou, Jean-Michel Gaulier, Lucile Tuchtan-Torrents, Chantal Champeaux, Georges Leonetti
| Article suivant Article suivant
  • Hépatite aiguë chez un consommateur régulier de cocaïne par voie inhalée : à propos d’un cas
  • Emilie Bouquet, Stéphanie Pain, Bernard Fauconneau, Matthieu Lesbordes, Pierre Levillain, Christine Silvain, Marie-Christine Pérault-Pochat

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.