Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pneumothorax spontané primaire : prévalence d’usage des substances psychoactives - 04/11/18

Doi : 10.1016/j.therap.2018.09.046 
Anne Batisse 1, , Cécile Chevallier 1, Laura Becerra 1, Juliette Camuset 2, Namik Taright 3, Jalal Assouad 2, Samira Djezzar 1
1 Centre d’addictovigilance-CEIP Paris, groupe hospitalier Lariboisière–Fernand-Widal–Saint-Louis, AP–HP, 200, rue du Faubourg-Saint-Denis, 75475 Paris cedex 10, France 
2 Chirurgie thoracique et vasculaire, hôpital Tenon, AP–HP, Sorbonne universités, UPMC Paris 06 UMRS1158, Paris, France 
3 Département information médicale, siège AP–HP, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le cannabis est la substance psychoactive (SPA) illicite la plus consommée en France : en 2016, 42 % des adultes âgés de 18 à 64 ans l’ont déjà expérimenté au cours de leur vie. Le pneumothorax spontané primaire (PSP) touche une population jeune avec une incidence d’environ 10 000 cas/an en France et une étiologie qui reste mal connue. L’une des complications pulmonaires retrouvée avec les SPA est le PSP.

Méthodes

Les PSP en lien avec les SPA sont étudiés dans la base de données du programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) (n=39 hôpitaux de l’Assistance publique–Hôpitaux de Paris [AP–HP]) entre janvier 2013 et juillet 2014 et un retour aux dossiers médicaux (CRH) est effectué pour les cas provenant du centre de référence de l’AP–HP.

Résultats

Parmi tous les séjours codés pour le PSP (n=3043), seuls 162 patients sont des usagers de drogues, avec une prévalence autour de 5,75 %. Le cannabis est utilisé majoritairement (88 %) mais les opioïdes (4 %), la cocaïne (2 %) et les hallucinogènes (2 %) sont également rapportés. Concernant les cas du centre de référence, 55 CRH sont étudiés : l’usage de cannabis (51 % de consommation journalière) était mentionné dans 85 % des cas. Les taux de récidive des PSP (>55 %) et de procédure chirurgicale (58 %) sont particulièrement inquiétants. Shah et Paramlal [1] recommandent de renseigner les antécédents de consommation de cannabis avant le choix de la procédure et d’orienter vers une unité cardiothoracique pour avis, le cas échéant.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 73 - N° 6

P. 588-589 - décembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Cocaïne basée et chlorhydrate de cocaïne : pharmaco-toxicologie comparée
  • Véronique Pizzoglio, Anne-Marie Patat, Alexandra Boucher
| Article suivant Article suivant
  • Consommation de cannabis et pneumothorax
  • Sophie Laplagne, Basile Chrétien, Lydia Guittet, Pauline Davoust, Reynald Le Boisselier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.