Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Dépendance sévère à la gamma-butyrolactone (GBL) : à propos d’un cas - 04/11/18

Doi : 10.1016/j.therap.2018.09.053 
Sophie Laplagne 1, , Basile Chretien 1, Cynthia Lemoine 2, Marie Van Der Schuren 2, Nicolas Cabé 2, Reynald Le Boisselier 1
1 Centre d’addictovigilance-CEIP Normandie-Bretagne, service de pharmacologie, CHU de Caen, Côte-de-Nacre, service de pharmaco-toxicologie, 14033 Caen cedex, France 
2 Service d’addictologie, CHU de Caen, Caen, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La gamma-butyrolactone (GBL) est un solvant industriel se métabolisant en gammahydroxybutyrate (GHB) dans l’organisme. La GBL est de plus en plus utilisée, en particulier parmi les hommes ayant des rapports sexuels entre hommes (HSH), comme désinhibant [1]. Bien qu’objet de mesures restrictives en France en 2011 [2] il reste accessible. Nous présentons un cas de dépendance à la GBL, suivi en addictologie et notifié au CEIP-A de Caen, dont la prise en charge a été marquée par l’apparition ou l’aggravation d’un trouble de l’usage de benzodiazépines et d’alcool.

Méthodes

Un cas typique d’usage de GBL compliqué d’une dépendance sévère, dans un contexte de SLAM est discuté d’après une revue de la littérature.

Résultats

Un patient de 31 ans est hospitalisé aux urgences pour un malaise suite à une consommation de GBL et à un probable surdosage. Le premier contact avec la GBL avait eu lieu dans un contexte de SLAM, marqué par la prise de cocaïne et d’alcool lors de relations sexuelles en groupe, organisées en région parisienne. La consommation de GBL devient quotidienne au bout de deux semaines. Il entreprend un suivi addictologique cinq mois plus tard (consommation de 17mL/jour de GBL) entrecoupé de passages aux urgences pour des syndromes de sevrage sévères ou des intoxications massives avec coma justifiant d’hospitalisations en réanimation. Le sevrage nécessite du diazépam à doses très importantes (>150mg/24h), conformément aux rares éléments de la littérature. Une dépendance physique aux benzodiazépines s’installe avec majoration parallèle des consommations d’alcool (35UI/j) « compensant » selon lui l’absence de GBL. Le patient est finalement perdu de vue.

Discussion

Le GHB/GBL, l’éthanol et les benzodiazépines sont agonistes du récepteur GABA [3]. Ce cas met en lumière le réel potentiel addictogène du GHB/GBL, cohérent avec une prévalence de près de 24 % de troubles de l’usage chez des utilisateurs parisiens [4]. La prise en charge est d’autant plus délicate qu’aucune recommandation de société savante n’est disponible. Le trouble de l’usage de GHB/GBL semble être un facteur de risque de développer une dépendance croisée aux benzodiazépines et/ou à l’alcool puisqu’effecteur du même récepteur.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 73 - N° 6

P. 591-592 - décembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Consommation d’acide hydroxybutyrique (GHB)/gamma-butyrolactone (GBL) et risques associés
  • Nabil Benhajkassen, Thomas Nefau, Sara Karolak, Catherine Duplessy, Magally Torres-Leguizamon

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.