Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Douleurs testiculaires chroniques après néphrectomie pour don d’organe : une complication sous-estimée - 04/11/18

Doi : 10.1016/j.purol.2018.07.043 
U. Pinar 1, , C. Pettenati 1, S. Hurel 1, M. Pietak 1, C. Fournier 2, C. Dariane 1, F. Audenet 1, C. Legendre 2, A. Rozenberg 2, A. Mejean 1, M.O. Timsit 1
1 Hôpital européen Georges-Pompidou, Paris, France 
2 Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

L’apparition de douleurs testiculaires (DOT) homolatérales après néphrectomie pour don de rein est une complication peu reportée. Certains auteurs ont proposé une ligature de la veine gonadique en amont de la bifurcation iliaque permettant d’éviter les dot chez le donneur vivant (DV). Cette étude évaluait la prévalence des DOT dans une série de néphrectomies laparoscopiques pour DV avec ligature craniale de la veine gonadique.

Méthodes

Tous les hommes opérés d’une néphrectomie cœlioscopique pour DV entre 2014 et 2017 ont été inclus. La technique opératoire consistait systématiquement en une ligature distale (en regard du pole inférieur du rein) de la veine gonadique, ainsi que de l’uretère (une anastomose pyélo-urétérale étant réalisée chez le receveur). Aucune dissection n’était réalisée caudalement à la bifurcation aortique. Les données démographiques et les caractéristiques des patients ont été analysées rétrospectivement. Un entretien téléphonique était réalisé avec chacun des DV permettant le recueil prospectif–par questionnaire–des dot et autres symptômes génitaux. Ce questionnaire visait également à évaluer le niveau d’information et le suivi postopératoire.

Résultats

Au total, 79 patients ont été inclus dans l’étude. Tous ont répondu au questionnaire. La néphrectomie était à gauche chez 75 patients (95 %), à droite chez 4 patients (5 %). Vingt-deux patients (27,85 %) ont présenté des DOT postopératoires. Les symptômes homolatéraux à la néphrectomie concernaient 18 (22,8 %) et 10 patients (12,7 %) pour dot et augmentation du volume scrotal respectivement. La durée médiane des symptômes était de 8,5 mois [2–24]. Dans 55 % des cas, les DV n’avaient consulté que leur médecin traitant pour ces symptômes. Tous les patients ont déclaré avoir été informés du risque de douleurs résiduelles postopératoires, mais aucun sur le risque spécifique génital.

Conclusion

Les douleurs testiculaires après néphrectomie cœlioscopique pour DV concernent plus d’un patient sur quatre malgré une ligature distale de la veine gonadique. Les symptômes apparaissent sous-évalués lors du suivi du donneur malgré une période douloureuse étendue. L’information spécifique du DV est médiocre et doit, à nos yeux, être modifiée en conséquence.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 13

P. 630-631 - novembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Devenir à long terme de la fonction rénale des donneurs vivants et facteurs pronostiques d’insuffisance rénale chronique
  • R. Boissier
| Article suivant Article suivant
  • Extraction du greffon rénal après néphrectomie laparoscopique robot-assistée pour donneur vivant : comparaison des voies iliaques, vaginales et ombilicales
  • M. Abdessater, C. Champy, J. Klapp, C. Chahwan, G. Hibon, D. Vordos, A. Hoznek, A. De La Taille, L. Salomon

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.