Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Gestion de la récidive d’incontinence urinaire après ablation de bandelette sous-urétrale pour douleur pelvienne ou périnéale - 04/11/18

Doi : 10.1016/j.purol.2018.07.059 
M. Baron 1, , P. Marie-Aimée 2, O. Hedli 2, L. Le Normand 2, A. Levesque 3, J. Rigaud 2
1 CHU Charles-Nicolle, Rouen, France 
2 Département d’urologie, CHU Hôtel-Dieu, Nantes, France 
3 Centre fédératif de pelvi-périnéologie de Nantes, Nantes, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectifs

La pose de bandelettes sous-urétrales (BSU) chez la femme peut entraîner des douleurs pelviennes ou périnéales. L’ablation chirurgicale de la bandelette peut améliorer les douleurs, mais également entraîner une récidive de l’incontinence urinaire. À notre connaissance, il n’existe pas de prise en charge consensuelle de l’IU récidivante après ablation de BSU. Notre objectif était d’évaluer la prise en charge médicochirurgicale de ces patientes.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective, monocentrique, des patientes ayant eu une ablation de BSU pour douleur pelvienne ou périnéale, entre 11-2004 et 12-2017. Les patientes étaient séparées selon le type de bandelette, transobturator tape (TOT) enlevée par voie transvaginale et abord de la racine de cuisse ou tension-free vaginal tape (TVT) enlevée par voie combinée transvaginale et laparoscopique transpéritonéale. Étaient évaluées, l’amélioration de la douleur postopératoire, la récidive de l’iu et la nécessité d’un nouveau traitement de l’IU. L’IU d’effort (IUE) était différenciée de l’IU par impériosités (IUI) et de l’IU mixte (IUM) à l’examen clinique et, en cas de doute, au bilan urodynamique.

Résultats

Quatre-vingt-neuf patientes (39 TVT, 50 TOT) ont été incluses avec un suivi médian de 8,3 mois [0,2–135,7]. Cinquante-deux patientes (58,4 %) ont présenté une récidive de leur IU : 38 IUE (73 %), 2 IUI (3,9 %), 12 IUM (23,1 %). Parmi ces patientes, 33 (63,5 %) ont eu un traitement conservateur par rééducation pelvipérinéale (n=28), traitement anticholinergique (n=6) ou stimulation tibiale postérieure (n=1). Dix-neuf (36,5 %) ont eu un traitement chirurgical par ballons act (n=4), colposuspension de Burch (n=4), sphincter urinaire artificiel (SAU, n=2), TVT (n=8) ou neuromodulation des racines sacrées (NMS, n=1). Après chirurgie : 5 patientes (26,3 %) étaient toujours incontinentes : 3 ont eu un SAU et 1 une NMS. Une patiente traitée par colposuspension de Burch a récidivé ses douleurs pelviennes. En fin de suivi, 94,2 % des patientes (49/52) étaient continentes.

Conclusion

La récidive d’IU après ablation de BSU survient dans plus de la moitié des cas et nécessite une réintervention chirurgicale chez près de une patiente sur 5. Au total, 94,4 % des patientes réopérées ont été totalement continentes après une ou deux procédures. La pose de TVT est possible sans récidive de douleur chez les patientes ayant eu au préalable une bandelette TOT.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 13

P. 638 - novembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Photographie du traitement chirurgical de l’incontinence urinaire d’effort de la femme dans un centre tertiaire nord-américain
  • B. Peyronnet, R. Palmerola, M. Rebolos, R. Sussman, D. Malacarne, B. Brucker, N. Rosenblum, V. Nitti
| Article suivant Article suivant
  • Résultats fonctionnels à moyen terme et complications après l’implantation de ballonnets pro-act® pour incontinence urinaire d’effort chez l’homme après prostatectomie radicale
  • H. Ricard, G. Léon, L. Le Normand, J. Rigaud, A. Levesque, J. Branchereau, O. Bouchot, M. Perrouin-Verbe

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.