Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Évolution de la première prescription du dosage de psa en France : étude nationale 2006–2017 à partir de l’échantillon généraliste des bénéficiaires - 04/11/18

Doi : 10.1016/j.purol.2018.07.126 
L. Scailteux 2, , V. Capelle 1, S. Vincendeau 3, F. Balusson 4, A. Chapron 1, R. Mathieu 3
1 CHU de Rennes, département de médecine générale, Rennes, France 
2 CHU de Rennes, service de pharmacologie, département de pharmacovigilance et pharmacoépidémiologie, Rennes, France 
3 CHU de Rennes, service d’urologie, Rennes, France 
4 Université Rennes 1 Et Ehesp, Ea 7449 « repères » recherche en pharmacoépidémiologie et recours aux soins, Rennes, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectifs

Entre 2010 et 2017, suite à la publication des résultats des essais ERSPC et PLCO, la stratégie de détection précoce du cancer de prostate (CAP) a fait l’objet de discussions et controverses entre professionnels de santé, sociétés savantes et agences de santé. L’objectif de cette étude était d’étudier l’évolution du premier dosage de psa dans une stratégie de détection précoce durant cette période.

Méthodes

L’échantillon généraliste des bénéficiaires (EGB) comporte plus de 650 000 patients représentatifs au 1/97 de la population française couverte par l’assurance maladie. Via l’EGB, en 2011 et 2014, nous avons identifié les hommes de 50 à 52 ans, sans antécédent de cap (identifié via l’ALD, les codes cim-10 et ccam, la prise d’hormonothérapie) ni dosage de psa dans les 5 ans précédant chaque année d’analyse. Dans ces deux populations, le taux de premier dosage du psa a été calculé. Ce taux a également été évalué en fonction des comorbidités, de la spécialité et du lieu d’exercice du prescripteur et du délai au 2e PSA.

Résultats

En 2011 et 2014, 5275 et 5792 patients de 50–52 ans, sans antécédent de dosage de PSA et de CAP ont été identifiés, respectivement. Au total, 16,2 et 15,6 % des patients avaient des comorbidités motivant une mise en ald (hors CAP). En 2011, 829 patients (15,7 %) ont eu un 1er dosage de psa contre 766 patients (13,2 %) en 2014 (p<0,001) ; aucun patient n’avait d’antécédent récent de maladie à espérance de vie réduite. Dans les deux cas, 91,0 % des prescripteurs du dosage étaient des médecins généralistes, dans moins de 2 % des urologues. Un 2e dosage était réalisé dans les 2 ans dans 38,7 % des cas en 2011 et 43,2 % des cas en 2014 (p=0,07) ; délai médian du 2e dosage, respectivement, 13,0 versus 14,2 mois.

Conclusion

L’analyse de L’EGB révèle une diminution de la première prescription de PSA entre 2011 et 2014. Les données de l’EGB pour la population 2017 seront disponibles mi-2018 et feront l’objet de nouvelles analyses en vue de la présentation de ces résultats.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 13

P. 678 - novembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Apprentissage de la chirurgie robotique et principe de subsidiarité : une nouvelle convergence avec l’aéronautique
  • J. Hubert, N. Berte, P. Theveniaud, N. Hubert, J. Henry, E. De Penfentenyo De Kervéréguen, M. Mazeau, M. Perez, C. Perrenot
| Article suivant Article suivant
  • Évolution de la pratique chirurgicale rénale pour cancer en France depuis l’introduction de la chirurgie robotique
  • I. Ouzaid, J.C. Bernhard, P. Bigot, R. Boissier, J.A. Long, F. Nouhaud, J. Hetet, T. Bodin, P. Gimel, K. Bensalah

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.