Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Classification phylogénétique des récidives vésicales après tumeur de la voie excrétrice urinaire supérieure - 04/11/18

Doi : 10.1016/j.purol.2018.07.133 
F. Audenet 1, , S. Isharwal 2, E. Cha 2, M. Donoghue 2, E. Pietzak 2, J. Sfakianos 2, A. Bagrodia 2, G. Dalbagni 2, T. Donahue 2, J. Rosenberg 2, D. Bajorin 2, M. Arcila 2, M. Berger 2, B. Taylor 2, H. Al-Ahmadie 2, G. Iyer 2, B. Bochner 2, J. Coleman 2, D. Solit 2
1 Hôpital européen Georges-Pompidou, Paris, France 
2 Memorial Sloan Kettereing Cancer Center, New York, États-Unis 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectifs

Après le traitement d’une tumeur de la voie excrétrice urinaire supérieure (TVES), les tumeurs de vessie (TV) sont fréquentes, avec une incidence de 22 à 47 %. Plusieurs théories s’opposent pour expliquer leur origine : monoclonalité par dispersion intraluminale et implantation cellulaire ou oligoclonalité par cancérisation en plage de l’urothélium. L’objectif de cette étude était de comparer le profil moléculaire entre TVES et TV métachrones.

Méthodes

Nous avons séquencé la tumeur et l’ADN germinal correspondant de 137 patients avec une tves traitée par néphrourétérectomie en utilisant une plateforme de séquençage de nouvelle génération basée sur la capture ciblée d’un panel de 341 oncogènes. Les mutations somatiques ont été analysées en fonction du risque de récidive vésicale. Pour un sous-groupe de 29 patients avec une TV métachrone, TVES et TV ont été comparées chez le même patient pour définir leur clonalité.

Résultats

Au total, 57 patients (42 %) ont développé une tumeur de vessie après néphrourétérectomie, avec un délai médian de 7,3 mois (IQR : 4,1–13,7). Après ajustement pour le sexe, les antécédents de TV, la localisation, le grade et le stade tumoral, les mutations de FGFR3 (hr=3,00 ; 95 % IC : 1,58–5,68 ; p=0,001), KDM6A (hr=2,27 ; 95 % IC : 1,29–4,02 ; p=0,005) et CCND1 (hr=3,10 ; 95 % IC : 1,17–8,21 ; p=0,023) étaient significativement associées au risque de récidive vésicale, alors que les mutations de TP53 étaient significativement associées à une réduction du risque (hr=0,32 ; 95 % IC : 0,13–0,80 ; p=0,014). Chez les 29 patients présentant les 2 tumeurs de manière métachrone, TVES et TV étaient toujours clonales (Figure 1).

Conclusion

Alors que TVES et TV présentent des différences significatives dans la prévalence des mutations somatiques, chez un même patient présentant les 2 tumeurs, TVES et TV sont clonales. Cela implique une meilleure prévention du risque de dissémination intraluminale en peropératoire, notamment pour les tumeurs présentant des facteurs de risque moléculaires.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 13

P. 681 - novembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Spécificités moléculaires des tumeurs de la voie excrétrice urinaire supérieure
  • F. Audenet, S. Isharwal, E. Cha, M. Donoghue, E. Pietzak, J. Sfakianos, A. Bagrodia, G. Dalbagni, T. Donahue, J. Rosenberg, D. Bajorin, M. Arcila, M. Berger, B. Taylor, H. Al-Ahmadie, G. Iyer, B. Bochner, J. Coleman, D. Solit
| Article suivant Article suivant
  • Instillation postopératoire de chimiothérapie intravésicale après néphrourétérectomie : état des pratiques cliniques
  • G. Marcq, F.-C. Von Rundstedt, R. Seiler, M. Rink, L. Kluth, A. Aziz, K. Hendricksen, K. Decaestecker, A. Necchi, C. Poyet, F. Rohmann, A. Noon, J. Dobruch, M. Moschini, M. Brausi, G. Thalmann, E. Xylinas

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.