Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Perception de l’autosondage par les urologues : résultats préliminaires d’une enquête menée au sein de l’Association française d’urologie - 04/11/18

Doi : 10.1016/j.purol.2018.07.167 
F. Hervé 1, , V. Phé 2, R. Mallet 3, X. Gamé 4, K. Everaert 5
1 Cliniques universitaires Saint-Luc, Bruxelles, Belgique 
2 Centre hospitalier Pitié-Salpétrière, Paris, France 
3 Clinique des Cèdres, Brive-la-Gaillarde, France 
4 CHU Rangueil, Toulouse, France 
5 Ghent University Hospital, Gand, Belgique 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

L’autosondage (AS) est le traitement de référence dans la prise en charge du résidu postmictionnel chronique.

Aucune donnée n’est disponible en ce qui concerne la perception de l’AS par le personnel soignant (infirmières et médecins).

L’objectif de cette étude était d’explorer, au moyen d’un auto-questionnaire, l’opinion des urologues concernant l’AS et d’évaluer le besoin en infirmières dédiées à l’apprentissage de cette technique au patient.

Méthodes

Un questionnaire a été développé et envoyé aux urologues de l’Association française d’urologie (AFU). Il comportait 52 questions à choix multiples couvrant différents domaines.

Les participants devaient évaluer chaque information par un score allant de 1 (pas d’influence/tout à fait pas d’accord) à 5 (influence majeure/tout à fait d’accord).

Un score total, correspondant à la moyenne des scores individuels, était ensuite calculé (score moyen [SM]).

L’analyse statistique a été réalisée en utilisant SPSS version 19.0. Les résultats sont présentés par leur moyenne et par l’intervalle de confiance à 95 % et pourcentages. Les résultats ont été interprétés en utilisant le test t de Student.

Résultats

Le questionnaire a été envoyé à 1607 urologues. Le taux de réponse était de 12,4 % (n=199) (résultats préliminaires). Fig. 1 : données descriptives des participants. Facteurs déterminants pris en compte dans la décision de proposer l’AS aux patients : Fig. 2 : importance des facteurs relatifs au patient. Fig. 3 : importance des facteurs relatifs à la technique. Connaissances relatives à l’AS : 24,6 % (n=49) des urologues considéraient leur connaissances relatives à l’AS insuffisantes et 40,6 % (n=82) reportaient qu’ils proposeraient l’AS à plus de patients s’ils avaient plus de connaissances. Facteurs pouvant motiver la prescription d’AS : 61,8 % (n=123) des urologues proposeraient plus d’AS s’ils avaient toujours une infirmière disponible pour les aider. Dix-huit pour cent (n=36) des participants pensaient qu’ils enseigneraient l’AS à plus de patients s’ils bénéficiaient d’une aide financière.

Conclusion

Dextérité, troubles cognitifs et visuels sont les facteurs les plus importants pris en compte par l’urologue lorsqu’il considère l’AS. Ce questionnaire soulève la problématique de l’investissement de temps lié à l’AS. Un personnel infirmier référent expérimenté est souhaitable pour une éducation aux AS de qualité. Enfin, il semble nécessaire d’améliorer les connaissances des urologues quant à l’AS en général.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 13

P. 702-703 - novembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Physiopathologie de l’hyperactivité détrusorienne neurogène : rôle relatif des neurotrophines, de l’inflammation et de la matrice extracellulaire en fonction de la pathologie neurologique
  • C. Richard, B. Peyronnet, C. Bendavid, J. Hascoet, Q. Alimi, Z. Khene, J. Kerdraon, A. Manunta, X. Gamé
| Article suivant Article suivant
  • Définition de l’échec de la toxine botulique intradétrusorienne pour hyperactivité détrusorienne neurogène : résultats de l’étude detox 2
  • B. Peyronnet, M. De Seze, A. Even, M. Perrouin-Verbe, G. Amarenco, E. Chartier-Kastler, L. Le Normand, A. Manunta, G. Karsenty, J. Kerdraon, A. Ruffion, C. Saussine, F. Le Breton, B. Bernuz, E. Castel-Lacanal, P. Denys, V. Phé, X. Gamé

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.