Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Définition de l’échec de la toxine botulique intradétrusorienne pour hyperactivité détrusorienne neurogène : résultats de l’étude detox 2 - 04/11/18

Doi : 10.1016/j.purol.2018.07.168 
B. Peyronnet 1, , M. De Seze 2, A. Even 3, M. Perrouin-Verbe 4, G. Amarenco 5, E. Chartier-Kastler 6, L. Le Normand 4, A. Manunta 1, G. Karsenty 7, J. Kerdraon 1, A. Ruffion 8, C. Saussine 9, F. Le Breton 5, B. Bernuz 10, E. Castel-Lacanal 11, P. Denys 3, V. Phé 6, X. Gamé 11
1 CHU de Rennes, Rennes, France 
2 Clinique Saint-Augustin, Bordeaux, France 
3 Hôpital Raymond-Poincaré, Garches, France 
4 CHU de Nantes, Nantes, France 
5 Hôpital Tenon, Paris, France 
6 Hôpital La Pitié-Salpêtrière, Paris, France 
7 CHU de Marseille, Marseille, France 
8 CHU de Lyon, Lyon, France 
9 CHU de Strasbourg, Strasbourg, France 
10 Hôpital Leon-Bérard, Hyères, France 
11 CHU de Toulouse, Toulouse, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

À ce jour, il n’existe pas de définition consensuelle de l’échec d’une injection intradétrusorienne de toxine botulique a (BTX-A) pour hyperactivité détrusorienne neurogène (HDN). L’objectif de cette étude était d’élaborer une définition consensuelle de l’échec de BTX-A intradétrusorienne pour HDN chez le patient blessé médullaire, spina bifida ou atteint de sclérose en plaques (SEP).

Méthodes

Cette étude suivait la méthode de recommandations par consensus formalisé de la Haute Autorité de santé. Sur la base d’une revue de la littérature et d’une enquête préliminaire, un comité de pilotage a établi un questionnaire et sélectionné un groupe de cotation constitué de 16 experts du comité de neuro-urologie de l’Association française d’urologie (cnuAFU) et du genulf à qui il était demandé de compléter le questionnaire en ligne. À l’issue du premier tour, tous les participants ont été réunis pour discuter des désaccords et un deuxième tour de questionnaire en ligne a été effectué permettant de parvenir à un consensus.

Résultats

Treize des 16 experts sollicités ont répondu aux deux tours du questionnaire. Deux propositions faisaient l’objet d’un accord fort (score médian=9/10) et ont donc été intégrées à la définition dès le premier tour : au moins une réinjection de la même BTX-A à la même dose doit être effectuée pour éliminer une cause technique d’échec et une durée d’efficacité<3 mois doit être considérée comme un échec. À l’issue du 2e tour, un accord relatif a été trouvé sur le critère clinique définissant l’échec (score médian=7/10) et sur le critère urodynamique d’échec (score médian=8/10) (voir Tableau 1). Deux propositions additionnelles ont été retenues lors de ce deuxième tour sur la nécessité d’un calendrier mictionnel (score médian=8/10) et sur la définition du patient réfractaire à la BTX-A (score médian=7/10).

Conclusion

Ce travail a permis de proposer la première définition consensuelle d’échec d’une injection de BTX-A intradétrusorienne pour HDN : persistance d’une hyperactivité détrusorienne avec des pressions détrusoriennes maximales>40cmH2O et/ou d’un trouble de la compliance et/ou persistance d’une d’incontinence urinaire et/ou d’une urgenturie et/ou d’un nombre d’autosondages quotidien>8/jour et/ou efficacité<3 mois.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 13

P. 703-704 - novembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Perception de l’autosondage par les urologues : résultats préliminaires d’une enquête menée au sein de l’Association française d’urologie
  • F. Hervé, V. Phé, R. Mallet, X. Gamé, K. Everaert
| Article suivant Article suivant
  • Injections intradétrusoriennes de toxine botulinique a chez les patients atteints de sclérose en plaques : survie et facteurs de risque d’interruption à 60 mois
  • S. Delaval, E. Mille, F. Tariel, B. Peyronnet, M. Perrouin-Verbe, G. Capon, E. Castel-Lacanal, X. Gamé, J.N. Cornu, G. Karsenty, P. Denys, A. Even, E. Chartier-Kastler, V. Phé, X. Biardeau

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.