Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Principes d'évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire - 12/11/18

[16-065-A-15]  - Doi : 10.1016/S1877-7856(18)66571-7 
D. Parent-Massin  : Professeur des Universités, honoraire en toxicologie alimentaire, Présidente d'honneur de la Société française de toxicologie, Membre de l'Académie d'agriculture
 Académie d'agriculture de France, 18, rue de Bellechasse, 75007 Paris, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

L'évaluation du risque en toxicologie alimentaire présente des caractéristiques qui lui sont propres. La sécurité du consommateur doit pouvoir être assurée à partir de données issues exclusivement d'études réalisées sur l'animal (sauf pour les édulcorants) pour une consommation journalière pendant une vie entière. L'identification du danger se fait souvent de façon rétrospective, à la suite d'intoxication massive. Il est, de plus, très difficile de faire la corrélation entre l'augmentation de l'incidence d'une pathologie et l'exposition de la population à un toxique via la consommation alimentaire. Il faut distinguer les substances et denrées soumises à autorisation et les contaminants alimentaires. Dans le premier cas, il s'agit d'une démarche de demande d'autorisation d'utilisation, réglementée soit au niveau européen, soit au niveau français qui s'appuie sur des études toxicologiques diligentées selon les lignes directrices de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Selon qu'il s'agit d'additifs alimentaires, d'auxiliaires technologiques, de matériaux de contact avec les denrées alimentaires, les produits phytosanitaires, les exigences sont différentes. Mais dans tous les cas, l'étape de caractérisation du danger aboutit à la fixation d'une dose journalière acceptable (DJA). Dans le cas des contaminants alimentaires comme les mycotoxines, la situation peut être très critique dans la mesure où on ne dispose pas toujours d'études toxicologiques de qualité et suffisantes pour identifier une dose sans effet. La dose journalière tolérable (DJT) est alors proposée sur des bases toxicologiques souvent peu solides. L'évaluation de l'exposition du consommateur doit être réalisée de la façon la plus précise possible, pour être comparée à la DJT/DJA. La caractérisation du risque permet alors de déterminer si l'on fait courir des risques aux consommateurs en l'exposant volontairement ou non à ces substances. Le risque d'exposition à des contaminants alimentaires génotoxiques doit être pris en compte alors que les substances génotoxiques soumises à autorisation sont systématiquement exclues. Les approches via le seuil de toxicité (threshold of toxicological concern [TTC]) et margin of exposure (MOE) font actuellement l'objet d'applications dans les différents domaines.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Toxicologie, Sécurité alimentaire, DJA/DJT, Contaminants alimentaires, Risque chimique, Évaluation


Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Atlas des plantes toxiques
  • A. Caubet, S. Tomasi, J. Boustie, F. Le Dévéhat
| Article suivant Article suivant
  • Principes généraux d'évaluation/gestion du risque des matériaux au contact des denrées alimentaires
  • I. Séverin, R. Serafimova, G. Kass, M.-C. Chagnon

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.