Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intoxication mortelle d’un nourrisson par un dispositif transdermique de fentanyl - 24/11/18

Fatal outcome in a child with transdermal fentanyl

Doi : 10.1016/j.toxac.2018.10.001 
Guillaume Hoizey a, , Caroline Rey-Salmon b, Philippe Meyer c, Marjorie Chèze a, Francis Billault a, Éric Medrano a, Marc Deveaux a
a Laboratoire Toxlab, 75018 Paris, France 
b Unité médicojudiciaire de l’Hôtel-Dieu, 75004 Paris, France 
c Département d’anesthésie-réanimation, CHU Necker, 75015 Paris, France 

Auteur correspondant. Laboratoire Toxlab, 7, rue Jacques-Cartier, 75018 Paris, France.Laboratoire Toxlab7, rue Jacques-CartierParis75018France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les auteurs rapportent le cas d’un nourrisson de 9 mois retrouvé décédé quelques heures après avoir été mis à la sieste par ses parents. Les analyses toxicologiques ont révélé la présence de fentanyl et de norfentanyl dont les concentrations dans le sang cardiaque étaient respectivement de 32,3 et 10,2ng/mL, dans le contenu gastrique de 362 et 5,9ng/g et dans la bile de 93,2 et 19,2ng/mL. En dépit des difficultés connues d’interprétation des concentrations post-mortem de fentanyl, il a été conclu que le décès de l’enfant provenait d’une intoxication aiguë au fentanyl. L’enquête a montré que le frère du défunt, âgé de 6 ans, soigné pour un cancer, recevait un traitement par fentanyl sous forme de dispositif transdermique. Un patch de fentanyl est conçu pour délivrer le principe actif à vitesse lente et constante sur une durée de 72heures, temps à l’issue duquel environ la moitié du principe actif est encore présent : comme la mort de l’enfant résulte d’une imprégnation massive par le fentanyl délivré dans un laps de temps court, l’hypothèse d’un patch placé volontairement ou accidentellement sur la peau de l’enfant n’a pas été retenue. L’autopsie n’ayant pas révélé la présence d’un dispositif transdermique dans le tractus digestif, l’hypothèse privilégiée a été celle d’un patch usagé, non correctement éliminé par l’entourage, qui aurait été sucé et/ou mâché par le nourrisson, causant rapidement l’intoxication aiguë fatale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

The case history and toxicological findings of a fatal fentanyl intoxication due to chewing and/or sucking of a transdermal patch are presented. A 9-month-old healthy infant was put to bed for a nap and approximately 3hours later he was found dead by his parents. Toxicological analysis yielded fentanyl and norfentantyl concentrations in the heart blood of 32.3 and 10.2ng/mL, gastric content 362 and 5.9ng/g, and bile 93.2 and 19.2ng/mL, respectively. Despite the well-known limitations in interpreting postmortem fentanyl concentrations, the cause of death was determined to be a fentanyl acute intoxication. The investigation established that the 6-year-old brother received transdermal fentanyl to treat pain associated with a cancer. A patch of transdermal fentanyl is designed to release the drug in slow, steady manner over 72hours, time after which about half of the total drug amount is still present. As the death is likely due to a rapid and massive systemic absorption of fentanyl, the hypothesis of a fentanyl patch intentionally or accidentally put on his skin has not be taken into account. Since the autopsy did not reveal the presence of a transdermal fentanyl patch either in the stomach, the esophagus or the mouth, the most likely explanation was that the child had unintentionally sucked and/or chewed a used patch, which had been improperly discarded, quickly causing the fatal acute intoxication.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Intoxication pédiatrique, Dispositif transdermique, Fentanyl

Keywords : Child fatality, Transdermal fentanyl patch


Plan


© 2018  Société Française de Toxicologie Analytique. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 4

P. 263-267 - décembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Toxicological analyses of placenta and umbilical cord to document the death of a newborn: a case report
  • Hélène Eysseric-Guerin, Virginie Scolan, Amandine Faure, Jean-François Jourdil, Françoise Stanke-Labesque, Nathalie Allibe
| Article suivant Article suivant
  • Recherche d’hydrochlorothiazide dans les phanères après deux contrôles antidopage
  • Laurie Gheddar, Jean-Sébastien Raul, Pascal Kintz

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.