Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étude du rapport PSA libre/PSA total par 5 systèmes différents dans le cadre du diagnostic précoce du cancer de la prostate - 01/01/02

J.P.  Basuyau a * ,  C.  Pfister b ,  S.  Navarra b ,  M.F.  Hellot c ,  M.  Leroy a ,  P.  Brunelle a ,  P.  Grise b *Auteur correspondant

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 7
Iconographies 6
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Notre étude vise à comparer les résultats obtenus avec 5 systèmes de mesure différents du PSA total (PSAt) et du PSA libre, et à évaluer l'intérêt du rapport PSA libre/PSA total (PSA l/t) dans le diagnostic précoce du cancer de la prostate. Il s'agit d'une étude prospective ; elle a porté sur une population de patients chez qui l'on suspectait un cancer de la prostate, et qui devaient de ce fait subir une biopsie. Des prélèvements de sang ont été réalisés avant la biopsie. Les dosages sériques du PSA total et libre ont été réalisés avec cinq systèmes analytiques différents. Les résultats ont été confrontés entre eux pour déterminer s'ils étaient homogènes, et à ceux des biopsies pour savoir si leur efficacité était comparable, et quel était l'efficacité du rapport PSA l/t.

La reproductibilité des trousses est satisfaisante et varie peu de l'une à l'autre.

Les résultats obtenus diffèrent de manière significative selon la trousse utilisée : de manière peu importante pour le PSA total, beaucoup plus nettement pour le PSA libre, donc pour le rapport PSA l/t.

Les courbes ROC ne diffèrent significativement en fonction du système utilisé ni pour le PSAt ni pour le rapport PSA l/t.

Le rapport PSA l/t apparaît dans cette étude comme un élément de distinction cancer/non cancer moins performant que la densité de PSA (rapport PSAt/volume de la glande apprécié à l'échographie). La définition d'un seuil, qui de toute façon varierait d'un système à l'autre, est difficile. Nous préférons proposer une classification entre résultats orientant vers une pathologie bénigne (PSA l/t > 20 %, valeur prédictive négative : 71 %) ou maligne (PSA l/t < 10 %, valeur prédictive positive : 52 %) ; les résultats situés dans la « zone grise » comprise entre 10 et 20 % sont considérés comme peu contributifs.

Mots clés  : Rapport PSA libre/PSA total ; Cancer de la prostate.

Abstract

The aim of this prospective study is to compare results obtained with five systems measuring total and free PSA, and to evaluate interest of fPSA/tPSA for prostate cancer diagnostic. We studied patients with suspected prostate cancer, who needed biopsy. Blood was taken before biopsy, for measurement of total and free PSA. Determinations were made with five analytical systems. Results were compared for total PSA and free/total PSA ratio, then analysed in terms of efficiency.

Reproducibility, better for total PSA than for free PSA, is satisfactory for all kits, but there is some differences between results obtained. ROC curves are not significantly different from one system to another.

In this study, free/total PSA ratio is less discriminative between cancer and non-cancer than PSA density (ratio between total PSA and gland volume). Definition of a cut-off is difficult. Free/total PSA ratio seems to be an orientation test: towards benign pathology if upper than 20% (VPN = 70%) and towards cancer if lower than 10% (VPP = 52%). Ratio is little contributive between 10 and 20%.

Mots clés  : Free/total PSA ratio ; Prostate cancer.

Plan



© 2002  Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 17 - N° 6

P. 375-381 - décembre 2002 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Introduction au chapitre diabétologie du CD-ROM produit par le CNBH
  • D. Porquet, D. Chevenne
| Article suivant Article suivant
  • Évolution du facteur natriurétique de type B après resynchronisation biventriculaire chez les patients présentant une insuffisance cardiaque sévère
  • N. Valli, A. Georges, A. Mendes Plogin, J. Barat, L. Bordenave

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.