Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les douleurs chroniques en France. Recommandations de l’Académie nationale de médecine pour une meilleure prise en charge des malades - 05/12/18

Chronic pain in France. Recommendations of the French Academy of Medicine for better pain management of the patients

Doi : 10.1016/j.douler.2018.10.009 
Patrice Queneau a, , Alain Serrie a, b, Richard Trèves a, Daniel Bontoux a
au nom du

groupe de travail « Douleurs chroniques rebelles »

a Académie nationale de médecine, 16, rue Bonaparte, 75272 Paris cedex 06, France 
b Service de médecine de la douleur–médecine palliative, hôpital Lariboisière, 2, rue Ambroise-Paré, 75010 Paris 10, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Près de 20 millions de Français (environ 30 % de la population adulte) souffrent de douleurs chroniques rebelles aux traitements antalgiques conventionnels. La France a été l’un des premiers pays déterminés à lutter contre la douleur chronique, en mettant en place plusieurs plans gouvernementaux. Toutefois, l’état actuel fait apparaître de réelles menaces sur la prise en charge des malades douloureux chroniques, en raison de départs prochains à la retraite de nombreux médecins spécialisés, qui avaient créé les « structures spécialisées douleur chronique » (SDC) et de grandes difficultés de recrutement de leurs successeurs. L’Académie nationale de médecine émet les recommandations suivantes : (1) consolider l’existence des 273 SDC pour les années à venir ; (2) désigner, au sein de chaque faculté de médecine, un « coordinateur universitaire douleur » rattaché à la sous-section « Thérapeutique-médecine de la douleur » du Conseil national des universités ou à une des grandes disciplines universitaires concernant la douleur ; (3) veiller au renouvellement des équipes des SDC par des médecins ayant reçu une formation spécialisée transversale (FST) « Médecine de la douleur », en plus de leur Diplôme d’études spécialisées (DES) d’origine et d’autres soignants (infirmières, psychologues, physiothérapeutes…) ayant bénéficié d’une formation « douleur » ; (4) en plus de l’indispensable formation initiale de tous les médecins et soignants à la spécificité de la douleur chronique, faciliter l’accès à des formations complémentaires sur les nouvelles approches non médicamenteuses, technologiques et psychosociales ; (5) développer la recherche clinique et fondamentale translationnelle par la mise en place de choix stratégiques, politiques et organisationnels.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Nearly 20 millions (approximately 30 % French adult population) suffer from chronic pain in France, refractory to analgesic treatments. France was one of the first countries determined to fight against chronic pain, by setting up several governmental plans. However, the present situation reveals real threats about chronic painful sickness care, because of numerous upcoming doctors’ retirements, which induce a questioning on the recruitments of their successors. The French Academy of Medicine purposes 5 recommendations: (1) strengthen the existence of 273 specialized structures chronic pain (SPC) for coming years; (2) appoint in every university department an “university pain coordinator” connected with the sub-section “Therapeutics-Pain medicine” of the National University Council or in one of the major university disciplines concerning pain; (3) ensure teams renewal of the SPC by doctors having received a transverse specialist training (TST) “pain”, in addition to their specialty diploma; (4) improve the initial and continuous training of all the doctors and nurses. Value the time dedicated to the sick person, as well as with the non-medicinal and psychosocial approaches; (5) develop the interdisciplinary clinical and fundamental research by the implementation of strategic, political and organizational choices.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Douleur chronique, Structures spécialisées douleur chronique, Traitement antalgique, Formation, Recherche

Keywords : Chronic pain, Specialized structures chronic pain, Training, Research


Plan


 Rapport voté en séance plénière le 9 octobre 2018 par l’Académie nationale de médecine, 16, rue Bonaparte, 75272 Paris cedex 06.


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 19 - N° 6

P. 265-272 - décembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Ocytocine, douleur et émotions
  • Stéphanie Goyon, Alexandre Charlet
| Article suivant Article suivant
  • La douleur et ses contextes. Contribution de l’analyse
  • Cristina Cruz, Filipe Antunes

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.